Rubens et son héritage : sensation et sensualité

Les musées Royaux des Beaux-arts de Bruxelles ont inauguré ce 25 septembre dernier une exposition sur Rubens et son héritage, qui se tiendra du 25 septembre au 4 janvier 2015. Cette exposition explore la trace laissée par Rubens à travers les âges et les contrées, par le biais de multiples artistes.

Le cheminement du visiteur à travers les différentes salles se veut plus intuitif et observateur. L’œil sur les œuvres plutôt que sur les panneaux explicatifs est plutôt le maître-mot de cette exposition. Les panneaux explicatifs sont d’ailleurs peu fournis et ne contiennent qu’un panneau central présentant la thématique de la salle et des identifications d’œuvres. La démarche est dès lors différente et pousse le visiteur à s’imprégner des œuvres et à faire lui-même des liens entre les sujets, les compositions, les influences et les artistes. Bien que cet exercice soit plus de dynamique et a le mérite de permettre au visiteur d’ouvrir attentivement ses yeux et de se questionner, les relations entre les œuvres présentées ne sont pas toujours évidentes pour les non-initiés qui ne se seraient pas munis du précieux sésame que pourrait être l’audio-guide.

L’exposition est divisée en six parties, explorant chacune une facette du peintre réexploitées par les artistes, selon les régions et les époques : la violence, le pouvoir, la sensualité, la compassion, l’élégance et la poésie. La subdivision de la thématique en six parties se base sur les intérêts des autres artistes pour Rubens : « Les peintres de cour étaient fascinés par sa virtuosité dans le traitement de l’allégorie. Les espagnols s’intéressaient à sa peinture religieuse et les Britanniques à ses paysages et ses portraits, tandis que les peintres français s’inspiraient de ses scènes bucoliques. » [Nico VAN HOUT, Catalogue d’exposition, introduction, p18]. C’est de cette manière que doit être comprise l’exposition. L’artiste était recherché en tant que référence pour une thématique particulière et chaque thématique est liée à un pays et une époque.

Le parcours de ces différentes salles permet dès lors de confronter les originaux, parfois monumentaux mais toujours impressionnant de maitrise, avec les œuvres des suiveurs. Ce parallélisme et cette confrontation directe entre les œuvres exposées sont très rares et donnent l’occasion au visiteur de comparer des chefs-d’œuvre venus d’horizons différents et rassemblés pour une occasion unique.

En définitive, une exposition qui rassemble une quantité impressionnante d’œuvres venues de tous horizons, présentant un parallélisme intéressant entre le maître et ses héritiers, mais demandant du visiteur une bonne préparation ou une connaissance du sujet. Les catalogues d’exposition mis à disposition dans la plupart des salles permettent de répondre rapidement à certains questionnements par rapport aux rapprochements de différentes œuvres  et constituent une très bonne initiative.

Déborah Lo Mauro
A propos Déborah Lo Mauro 221 Articles
Journaliste

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.