Reprise du Vania de Christophe Sermet, jusqu’au 15 octobre au Marni

De Anton Tchekhov, mise en scène de Christophe Sermet, avec Anny Czupper, Francesco Italiano, Philippe Jeusette, Sarah Lefèvre, Sarah Messens, Pietro Pizzuti, Yannick Renier et Philippe Vauchel

Du 4 au 15 octobre  à 20h00au Marni (production du Rideau de Bruxelles)

Vania, de Tchekhov, est de retour et c’est au Marni que cela se passe. Avec une mise en scène fabuleuse de Christophe Sermet, les huits comédiens sont d’un talent exceptionnel, plongeant leurs personnages dans une folle complexité, s’attardant sur leurs défauts attendrissants.

C’est la fin de l’été. Le professeur Sérébriakov et sa très jeune épouse Elena Andreevna séjournent depuis plusieurs semaines dans le domaine de Vania. Entre chaleur étouffante et relations glaciales pour certains des huit personnages, la pièce relate des triangles amoureux on ne peut plus compliqué… La jeune Sonia tombe sous le charme du Docteur Astrov, homme alcoolique mais terriblement séduisant, tandis que celui-ci en désire une autre… Et Vania, lui, n’a d’yeux que pour la belle et jeune Elena, triste et pleine d’ennui auprès de son « vieux » mari.

Dans un mélange de genres tragi-comique, Vania est une pièce où violence et sarcasme font bon ménage. La mise en scène est splendide et contemporaine, chaque endroit de la scène a son utilité et le chant des personnages donne des frissons avec des vibratos. L’univers chaud, provoquant une violente oisiveté au domaine, donne du fil à retordre aux personnages qui se perdent dans l’alcool et les ressentiments. S’ils savent qui ils sont, ils ne savent pas où ils vont.

Dynamique et mélancolique à la fois, la pièce représente une famille unie dans leurs oppositions. Et si l’amour est le véritable sujet de la pièce, Tchekhov amène le sujet de l’écologie à travers le Docteur Astrov sans oublier de briser les lignes directrices des croyances communes telles que l’argent ou l’amour font le bonheur. Pour autant, a-t-il raison ?

Subtile et fracassant, Vania représente les disparités et la superficialité d’une seule et même famille dans différents domaines mais surtout dans leurs attentes par rapport à l’amour. Violent mais juste, Vania est une perle à voir rapidement. Le talent époustouflant des comédiens rend cette pièce au début étrange, mémorable et unique.

 

Raphaëlle McAngus
A propos Raphaëlle McAngus 49 Articles
Journaliste du Suricate Magazine

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.