Rencontre avec la très talentueuse Alexandra V. Bach

L’artiste que vous allez découvrir ici, est une illustratrice de talent qui a collaboré avec des groupes comme Kamelot, Stream Of Passion ou encore Tarja. Si vous êtes amateurs de littérature Fantasy, il y a de grandes chances que vous ayez remarqué l’une de ses illustrations sur la couverture d’un livre que vous possédez ou avez vu en librairie.

Voici un entretien exclusif que nous a accordé Alexandra V. Bach afin de nous parler de son univers.

Bonjour Alexandra, merci de nous accorder un moment pour répondre à ces quelques questions.

Pour commencer, peux-tu nous parler d’où t’es venue cette passion pour le dessin?

Je dessine depuis mon plus jeune âge, qu’il s’agisse d’illustrations inspirées d’anime de mon enfance tels La Rose de Versailles et Saint Seiya, ou encore de portraits plus réalistes. J’ai toujours eu un crayon à la main, et j’ai surtout toujours aimé représenter des univers fantastiques, des princesses, des fées, etc… Le dessin a toujours été pour moi une passion et une façon de m’évader du quotidien. Au fil du temps le numérique a remplacé le papier et le crayon, et je travaille désormais en mixed media (photomanipulation et digital painting).

Ton univers est particulier. Comment trouves-tu ton inspiration?

Mon univers est en effet assez sombre mais je cherche toujours à y apporter des émotions plus positives. Dans chacune de mes illustrations, il y a un trait d’espoir, de lumière, qui ouvre aussi la porte à de nombreuses interprétations. Mon inspiration me vient de tout le background fantastique accumulé au fil des années (films, musique, romans fantasy/sf), de thèmes baroques et gothiques, avec une touche de surréalisme. J’écoute aussi beaucoup de musique et souvent ce sont les paroles de certains morceaux qui me touchent, qui me restent à l’esprit et que je traduis en image.

529630_357029337671582_217966398_n

Il y a un énorme travail de composition et de lumière dans tes illustrations.

Comment se passe l’élaboration de tes illustrations? Quelles sont les étapes avant d’arriver à un résultat final?

La plupart du temps, l’illustration ‘m’apparaît’ devant les yeux, je l’imagine entièrement terminée, et je cherche ensuite diverses photos de références, de modèles, de lieux, qui pourraient me servir. Je crée alors un prototype ‘brut’ en photomontage, puis je passe au travail de peinture numérique à la tablette. Au fil de la création de l’image, je retire de plus en plus d’éléments photographiques, pour ne garder que ce qui me semble essentiel. Ainsi je me démarque du photomontage pur et simple en y ajoutant un gros travail de painting et de personnalisation. Vient ensuite la phase d’ajout de la lumière, toujours en peinture numérique à la tablette, pour créer une scène unique et cohérente.

Est-ce que cela peut te prendre beaucoup de temps pour réaliser un projet?

Oui, cela me prend énormément de temps, mais comme pour tous les ‘artistes’, il m’arrive de passer des dizaines d’heures sur une illustration, et des mois sur des projets de couverture de cd ou de romans (entre le travail de recherche préparatoire et le rendu de l’image définitive, et surtout au gré des modifications, il peut se passer de 4 à 8 semaines). Je passe une trentaine d’heures par illustration personnelle, et je ne compte plus vraiment le temps passé pour les commandes !

Est-ce que les artistes pour lesquels tu as travaillé avaient des exigences particulières?

Pas forcément, ou alors je parlerais plutôt de « suggestions »  au lieu de réelles exigences. Il y a évidemment le respect du thème et du concept du cd, mais pour mes dernières pochettes de cd en date, j’ai eu beaucoup de liberté de création et c’est vraiment très appréciable. Pour l’illustration de l’album de Stream of Passion (A War of our Own) , Marcela Bovio m’a simplement donné quelques lignes directrices en rapport avec le thème de l’album, de jolies photos prises par Tim Tronckoe et j’ai proposé spontanément l’illustration que vous pouvez voir sur le cd, qui lui a tout de suite plu.
Dernièrement j’ai réalisé la cover du cd de The Gentle Storm (The Diary) et là aussi j’ai fait au mieux pour retranscrire la complexité et la beauté de la musique d’Arjen Lucassen, combinées à la douceur de la voix d’Anneke Van Giersbergen, tout ceci sans réelle « exigence » de leur part. Il fallait bien sûr faire ressentir le côté épique et l’idée de voyage, mais j’ai vraiment laissé libre cours à mon imagination et rien ne m’a été imposé. Ce fut vraiment une superbe expérience que de travailler pour ces deux grands artistes que sont Arjen Lucassen et Anneke Van Giersbergen (ex The Gathering).

Est-ce que tu compte publier un jour un livre reprenant l’ensemble de ton œuvre ou des illustrations sur un thème précis?

J’ai publié en 2013 mon premier artbook, Requiem, co-réalisé avec l’auteur Arnaud Armant (Editions du Chat Noir). Cet artbook rassemble mes illustrations de 2007 à 2013 et a connu un excellent accueil. J’ai fait sa promotion dans toute la France, en passant par le Salon du Livre de Paris l’année dernière, un très bon moment passé à la rencontre des lecteurs.

J’ai deux nouveaux projets d’artbooks sur lesquels je travaille en ce moment et qui seront cette fois ci sur des thèmes précis, avec de toutes nouvelles illustrations.

Que penses-tu du travail de Alan Lee qui a illustré le Seigneur des Anneaux?

C’est un génie ! C’est je pense, l’illustrateur qui a inspiré et motivé toute une génération (et certainement les suivantes aussi). La finesse de son trait, l’attention portée sur la lumière et les détails, c’est une référence pour tous les illustrateurs fantasy. Et pour ma part je suis également très admirative du travail de John Howe, que ce soit pour le Seigneur des Anneaux ou le Hobbit.

Aimerais-tu aussi devenir une référence dans ton domaine ou penses-tu que la célébrité gâche un peu le plaisir de l’artiste et sa liberté ?

Ce n’est pas du tout mon but ou ma vision des choses. L’illustration c’est une passion, un besoin même, je suis en manque si je ne suis pas en train de travailler sur des projets. Mais je fais tout ça avant tout pour me faire plaisir, pour la beauté des illustrations, pour faire de belles couvertures de romans et de cd, pour collaborer avec des artistes que j’aime. La célébrité, toute relative de toute façon, n’est pas une fin en soi. Je préfère à la rigueur que mes illustrations soient reconnues plutôt que moi, et c’est en général ce qui se passe !

Quels sont tes projets en ce moment?

Je viens de réaliser deux couvertures de romans à paraître chez J’ai Lu Imaginaire (Iris Empoisonnée de Cindy Mezni et Cupidon Mortel de Thomas Andrew) et je travaille en ce moment sur une dizaine de projets de couvertures de romans fantasy/young adult. Je participe aussi au projet The 78 Tarot, qui rassemble 80 artistes du monde entier, pour la création d’un jeu de tarot divinatoire, dont le financement sera lancé sur Kickstarter en Mai prochain.

Enfin, ma prochaine pochette d’album à paraître sera The Diary (The Gentle Storm) et je serai en dédicace au Salon du Livre de Poitiers le 27 et 28 Juin prochain.

Retrouvez les illustrations d’Alexandra V. Bach sur son site : alexandravbach.fr ou encore sur Deviant Art : http://alexandravbach.deviantart.com/gallery/

Christophe Pauly
A propos Christophe Pauly 483 Articles
Responsable Musique du Suricate Magazine

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.