Rencontre avec Johan Nunez, batteur de Firewind, Gus G et Marty Friedman

En Belgique, on a souvent tendance à penser que les musiciens, aussi talentueux qu’ils puissent être, n’ont pas la possibilité de faire une carrière internationale du fait d’être tout simplement belges. Cette idée préconçue est évidemment infondée et erronée.  

Pour preuve, voici l’interview que nous a accordé Johan Nunez, un batteur belge qui a rejoint le fameux groupe de power metal Firewind en 2011 et qui a depuis lors collaboré avec Gus G sur son projet solo et Marty Friedman, le célèbre guitariste de Megadeth.

Bonjour Johan. Merci de nous accorder cette interview.
Pour commencer, peux-tu nous dire ce qui t’as poussé à devenir batteur? Comment as-tu commencé la musique et est-ce que la batterie est le seul instrument que tu sais jouer?

J’ai commencé tout à fait par hasard. Je devais avoir 13 ans, mon frère qui est guitariste était au Conservatoire à l’époque et voulait créer un projet avec un ami. Comme on avait une batterie à la maison, il m´a demandé de les dépanner pour leur première répète et m´a appris le rythme de base. Depuis je n’ai plus jamais lâché les baguettes.
J’ai réellement commencé à apprendre la musique avec le piano à 6 ans, mais je détestais ça! J’avoue que ça (et surtout la théorie musicale) m’a beaucoup aidé par la suite à comprendre la musique et apprendre la batterie plus rapidement.
Chaque musicien à ses références. Quelles ont été les personnes qui t’ont influencé tout au long de ton apprentissage puis de ta carrière ?

En premier je dirais mon frère, c’est le premier véritable musicien avec qui j’ai été en contact et il m’a beaucoup poussé à m’améliorer surtout au début.
Ensuite pas mal de batteurs dont Mike Terrana, Thomas Lang, Mike Mangini, Deen Castronovo, Uli Kusch, Randy Black et beaucoup d´autres.
Mais aussi Marios Iliopoulos, Gus G. et Marty Friedman, ces trois derniers ont vraiment influencé et bouleversé ma manière de jouer.

jo3

Tu as fait partie de différentes formations avant de rejoindre Firewind (notamment Nightrage). Quels souvenirs gardes-tu de cette période?

J’ai fait mes premières armes au niveau international avec Nightrage, j’en garde d´excellents souvenirs! Ce n’était pas toujours facile mais ça forge le caractère et ça m’a bien préparé pour la suite. Ça m’a aussi permis de rencontrer beaucoup de gens et d’amis proches encore aujourd´hui.

Tu as d’abord joué pour des groupes belges. Comment vois-tu la scène Metal en Belgique?

Je m’en plaignais à l’époque et j’en entends encore beaucoup se plaindre de nos jours mais avec le recul je pense qu’on a une très bonne scène! Je remarque que tout le monde croit que l’herbe est plus verte ailleurs, ce qui n’est pas du tout le cas!
La Belgique est tellement petite (et la scène métal encore plus) que tout le monde se connait et devient très vite amis. Ça me fait toujours plaisir de revoir les mêmes têtes que j’ai connu il y a 10 ans en partageant une scène ou lors d’un festival.

Jonas Sander et toi avez très bien réussi musicalement. Est-ce que (comme dans beaucoup de domaines) les groupes (et certains talents) belges sont trop timides?

Il est vrai qu´on a énormément de musiciens et autres artistes très talentueux en Belgique. Je ne peux pas te répondre avec certitude mais je ne pense pas que ça ait grand chose à voir avec la timidité, je pense que c´est aussi par choix personnel. En ce qui me concerne j’ai toujours aimé voyager et je me suis habitué au train de vie irrégulier, ça ne m’a jamais dérangé de rester 20 heures assis dans un van ou de passer des journées entières dans un aéroport pour un seul concert. C’est aussi ça être musicien et je comprends que la plupart préfère utiliser leur temps de façon plus constructive. De plus le côté financier peut en repousser beaucoup et c´est tout à fait normal, il est impossible de combiner un boulot avec des revenus stables et une vie en tournée (surtout quand on a une famille). J’adore ce que je fais mais il n’est pas dit que ça plairait et conviendrait à tout le monde, chacun a une façon différente d’appréhender la vie.

jo2

Malgré ta carrière incroyable, tu es resté en Belgique. Beaucoup de gens se plaignent ici du fait qu’ils seraient mieux ailleurs, que le temps est pourri et le pays mal géré. En dehors de tes attaches familliales (et ayant parcouru le monde en tournée), qu’est-ce qui te lie à la Belgique et qui fait que tu t’y plais vraiment ? Est-ce que le pays te manque parfois?

Comme je disais plus haut, beaucoup croient que l’herbe est plus verte ailleurs et pour avoir vécu dans d´autres pays et fréquenté d’autres scènes je peux te dire que ce n’est vraiment pas le cas. Prends le cas des USA par exemple où des groupes que l’on pense parfois « gros » ici parcourent le pays entier à tourner dans un van (un si gros pays, crois-moi, ce n’est pas des plus agréable) avec des conditions parfois misérables, et où la plupart des salles ne sont même pas équipées de douches. En Belgique tu vas d’un bout à l’autre en 3 heures et au pire des cas si tu es mal reçu, le soir même tu es chez toi dans un lit confortable. Maintenant tout est relatif et chaque scène/pays à des avantages et inconvénients que d’autres n’ont pas.
On a aussi beaucoup de subsides et d’organismes qui aident les groupes, je pense notamment à la Communauté Française, le Court-Circuit, Ça Balance, etc. qui ont énormément aidé certains de mes groupes dans le passé.

Il y a toujours un côté négatif à tout évidemment, mais personnellement je trouve qu’on n’a pas à se plaindre en Belgique.

Tu as rejoint Firewind en 2011. Qu’est-ce qui t’as poussé à faire ce choix et à jouer avec ce groupe en particulier ?

Je suis fan de Firewind depuis que j’ai 17 ans, c´était loin d’être un choix cornélien. haha! Ils m’ont simplement appelé pour les dépanner sur 2 tournées en 2011 quand leur ancien batteur les a lâchés. Au départ c’était supposé être un remplacement provisoire et ça s’est tellement bien passé qu’à la fin de la dernière tournée ils m’ont demandé si je voulais rester et j’ai dit oui.

gusss

Connaissais-tu Gus G avant de rejoindre Firewind?

Bien sûr, je l’avais rencontré brièvement à 2 ou 3 festivals quand j’étais encore dans Nightrage. Et bien entendu, j’étais déjà grand fan de son jeu et de sa musique à l´époque.

Est-ce que le fait de collaborer avec ce groupe était quelque chose de compliqué au départ sur le plan de la communication ?

Que ce soit dans n’importe quel domaine, c’est toujours un peu difficile au départ de s’adapter à un nouvel environnement et à de nouvelles personnes. Chaque groupe à une manière différente de travailler et des habitudes qui leur sont propres mais je dois dire qu’on a assez vite connecté, ils étaient tous très accueillant et amicaux, ça aide beaucoup!

Gus G semble poursuivre sa carrière solo pour l’instant. Qu’en est-il de Firewind ? Est-ce que le groupe pense continuer l’aventure prochainement ou devons-nous nous attendre à une séparation ?

Oui évidemment, Gus est occupé par sa carrière solo pour l’instant mais ça ne veut pas dire que Firewind s’arrête. Je ne peux pas en dire beaucoup plus quant au moment où on reprendra, je peux juste te dire que pour ce qui est des prochains mois on se concentre sur la sortie de son 2ème album solo. Ça ne sert à rien de faire les choses à moitié, ce serait aussi un manque de respect envers les fans de Firewind d’enregistrer un album sans inspiration et au plus vite juste parce qu’il n´y en a plus eu depuis un moment. Quand le prochain album sortira tu peux être certain que ce sera quelque chose de spécial!

Tu as collaboré également avec Marty Friedman sur la tournée Guitar Universe. Comment as-tu vécu cette expérience ?

À merveille! Mon frère aîné étant un grand fan de Megadeth, j’ai carrément grandi en l’écoutant, et j’ai commencé à m’intéresser à sa carrière solo après l’avoir vu en concert à Athènes, il y a quelques années. Un peu comme avec Gus, j’adore tout ce qu’il a fait dans sa carrière, j’ai vraiment appris tout son set avec le plus grand plaisir. En plus son dernier album Inferno est juste magnifique.

friedman1

Comment est Marty au quotidien ? Est-ce quelqu’un de très exigeant ?

Au niveau musical oui, il est très exigeant, mes mains et mes épaules en ont pris un sacré coup pendant cette tournée. De plus les morceaux d’Inferno ont vraiment été un challenge à apprendre car j’étais sur le point de partir en tournée en Russie avec Nightrage, j’ai à peine eu quelques jours pour tout enregistrer en vidéo et lui envoyer avant de partir. J’ai énormément appris en jouant avec lui et ça a complètement changé ma façon de travailler.

C’est quelqu’un qui n’a pas hésité à quitter son statut confortable dans Megadeth pour poursuivre ses rêves. Est-ce qu’il t’a donné des conseils concernant ta carrière?

Pas vraiment au niveau de ma carrière, non. Mais sur ma façon de jouer oui, j’ai une toute autre approche maintenant, beaucoup plus visuelle et « efficace » je dirais.

gusmar

En travaillant avec de grands musiciens comme Gus et Marty, as-tu pu imposer ta manière de jouer?

Je ne dirais pas « imposer » mais c’est vrai qu’ils me laissent pas mal de liberté quant à ma façon de jouer. D’un autre côté j’essaye de rester fidèle autant que possible aux parties déjà enregistrées ou à l’ambiance que chaque morceau requiert, donc je dirais plutôt que ma façon de jouer s’articule naturellement à leur musique.

On parlait tantôt de Marco Minnemann qui a commencé avec son groupe les Aristocrats puis a collaboré avec des artistes comme Plini, Eva Kathryn, Steven Wilson, Joe Satriani,… Il a aussi tenté sa chance pour devenir membre de Dream Theater quand Portnoy a quitté le groupe.
Est-ce que tu vises ce genre de carrière en collaborant avec des artistes de différents styles? Ou est-ce que tu préfères te focaliser sur ton travail avec Gus G et Firewind?

On ne sait jamais de quoi la vie est faite, quand j’avais 15 ans c´était mon rêve de devenir batteur de session et jouer pour plusieurs groupes différents, apparaître sur des centaines d’albums, etc. mais les choses changent. J’adore apprendre de nouvelles choses, jouer avec de nouvelles personnes dans différents styles mais j’aime aussi jouer avec Gus et Firewind. Jouer pour eux me laisse quand même assez de temps pour d’autres projets en dehors des tournées donc je n’ai vraiment pas à me plaindre de ma situation, je suis totalement satisfait là où j’en suis en ce moment.

Est-ce que tu regrettes certains choix? Ferais-tu certaines choses différemment aujourd’hui ?

Comme tout le monde, oui, mais même si j’ai fait des mauvais choix dans le passé je ne peux plus rien y changer, ça m’aura de toute façon appris quelque chose pour l’avenir. Ceci dit, je suis encore jeune pour avoir beaucoup de regrets, on en reparlera dans 10 ans!

Gus G va sortir son nouvel album solo. Comment s’est passé l’écriture et l’enregistrement de ce disque ? Était-ce un peu le rush entre deux tournées? Ou est-ce que certains morceaux étaient déjà prêts lors du premier disque?

C’est son album donc les morceaux sont composés entièrement par lui, et coécrits avec les chanteurs qui y apparaissent en guests. On a commencé à enregistrer à Los Angeles aux studios Clear Lake avec Jay Ruston (Stone Sour, Steel Panther, Anthrax, …) en octobre dernier et on a terminé le reste des prises batteries en février à Thessalonique en Grèce. Au lieu d’enregistrer chaque instrument séparément, cette fois on s’est tous retrouvé dans la même pièce pour tracker et donner vie aux chansons, un peu comme en répète. Ça donne une toute autre dimension aux morceaux, je trouve ça plus organique et efficace pour ainsi dire, car au lieu de se focaliser à enregistrer une partie parfaite individuellement, tu es beaucoup plus concentré à faire sonner le morceau et ça se ressent énormément au niveau des dynamiques, le rendu est beaucoup plus vivant et sensé.

gusnew

Comment décrirais-tu ce second album comparé au premier ?

Dans la même lignée que le premier mais beaucoup plus heavy! Il y a aussi moins d’invités sur celui-ci ce qui le rend plus cohésif dans un sens mais aussi plus varié au niveau de la musique. C´est un peu comme si le meilleur de sa carrière était rassemblé sur un seul album, il a des morceaux très heavy, de superbes mélodies, des choses plus calmes, des riffs efficaces et bien entendu des solos de malade!

Vous prévoyez une tournée bientôt ?

Oui, on commence par plusieurs festivals cet été et ensuite on enchaînera certainement dès la rentrée avec une tournée plus intensive. Les dates seront certainement annoncées dans les semaines à venir.

Quels sont tes projets?

Pour l’instant c’est surtout la sortie de « Brand New Revolution » et toute la tournée qui suivra. Je ferai également une apparition avec Dragonland au Prog Power à Atlanta en septembre. Je compte aussi commencer à donner des clinics prochainement, plus d’infos à ce propos très bientôt!

Merci beaucoup d’avoir répondu à ces quelques questions.

Merci à toi de m’avoir accordé un peu de ton temps!

Pour plus d’infos sur ce formidable batteur, rendez-vous sur son site : JOHAN-NUNEZ.COM

Christophe Pauly
A propos Christophe Pauly 483 Articles
Responsable Musique du Suricate Magazine

1 Rétrolien / Ping

  1. Gus G : Brand New Generation • Le Suricate Magazine

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.