Quatre filles et quatre garçons de Florence Hinckel

Auteur : Florence Hinckel
Editions : Talents Hauts
Sortie : Mai 2014
Genre : Roman adolescent

Collection de 8 tomes rééditée ici en un seul, quatre filles et quatre garçons de Florence Hinckel est un super roman d’ado à lire cet été. Mais ne vous y trompez pas. Bien que ce soit un roman à propos d’une bande de copains de 15 ans, chacun d’entre nous, du plus jeune au plus âgé, se plaira à le lire.

Joséphine, Benoît, Sarah, Dorian, Justine, Medhi, Clotilde et Corentin décident d’écrire ensemble un journal de leur dernière année de collège. Chacun aura la tâche d’écrire pendant un mois les faits marquants de leur bande de copains. Le bus fifteen comme « QG ambulant » est le lieu des grands rassemblements. Dès le matin, ils s’y retrouvent pour aller ensemble au collège. Véritablement inséparables, cette bande de copains est de celle que l’on a tous eue ou rêvé d’avoir. De celle où l’on s’aime et se dispute, de celle où l’on partage tristesse et joie, de celle qu’on aimerait avoir pour l’éternité.

Le livre adopte donc 8 points de vue différents. Autant de visions du monde, de parcours de vie, de rêves et d’espoirs que l’on découvre petit à petit. On s’attache rapidement aux différents personnages. On apprend, dans un premier temps, à les connaître par la plume des autres. Puis, quand vient son tour d’écriture, on découvre les pensées les plus intimes, les difficultés et les secrets de chacun des 8. C’est d’ailleurs ce qui fait la richesse du livre, il est à l’image de la société d’aujourd’hui. On se côtoie, on rit, mais connaît-on vraiment les gens qui nous entourent ? Et, quelle face de nous-même sommes-nous prêts à livrer ?

Touchants et vrais, on reconnaît un peu de nous dans chacun des personnages. Leur manière d’écrire, simple et sans concession, nous permet de nous identifier à chacun d’eux. Leurs doutes, leurs difficultés, leurs joies, nous les avons connus aussi.

Sur un ton léger, dynamique et rythmé, Florence Hinckel aborde des sujets sensibles et pour le moins importants : la sexualité, l’anorexie, l’immigration, le harcèlement moral, le féminisme, et bien d’autres encore sont disséminés subtilement ça et là au fil des pages.

Emouvant, jamais caricatural et sans prise de tête, ce roman est très agréable. Sous son apparence anodine, il nous invite à croquer à pleines dents la vie et ses richesses.

Commentaires

commentaires

Mathilde Schmit
A propos Mathilde Schmit 35 Articles
Journaliste

1 Rétrolien / Ping

  1. Poullaouen : histoires | la petite mécanique

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*