Quand Andrew Shue (Melrose Place) était footballeur au Zimbabwe

Si son vrai nom ne vous dit peut-être pas grand chose, Andrew Shue fut pourtant l’une des figures marquantes de la télévision des années 90. En incarnant le rôle de Billy Campbell dans la série à succès Melrose Place, l’acteur a en effet gravé sa bouille dans l’esprit des adolescentes de l’époque. Il faut dire qu’avec son physique athlétique, l’intéressé avait de quoi faire chavirer les coeurs… et empiler les buts. Et pour cause, parallèlement à sa carrière d’acteur, le frère d’Elisabeth Shue (The Karate Kid, Retour vers le futur II et III) a mené une brève carrière de footballeur professionnel.

Tout commence à la Columbia High School de South Orange dans le New-Jersey. Encore jeune, Andrew Shue se distingue au soccer, tout en étant président du Conseil des élèves et membre-fondateur d’une association étudiante favorisant les rencontres entre adolescents et personnes âgées. Plus tard, de 1986 à 1989, alors qu’il poursuit une formation de bachelier en histoire de l’art au Dartmouth College, Andrew suit les traces de son père (footballeur dans les années 50 pour l’équipe universitaire d’Harvard) et fait partie de la Regional All America soccer player, la sélection des meilleurs joueurs universitaires de la région, suite à la victoire de son équipe dans la prestigieuse Ivy League. Une prouesse qui le pousse à passer ses vacances à Glasgow, en Ecosse, pour peaufiner sa technique au Queen’s Park F.C..

Diplôme en poche, l’homme aux pieds en or et à la tête bien faite décide de prolonger ses études au Zimbabwe, en apprenant les mathématiques à la Founders High School de 1989 à 1992. L’occasion pour Andrew de jouer au football dans une équipe professionnelle de première division, celle des Bulawayo Highlanders (aujourd’hui Highlanders FC). Une participation active et fructueuse puisque l’équipe réalisera en 1990 un doublé coupe-championnat pour la première fois de son histoire. Fait anecdotique, Andrew Shue fut le premier joueur blanc du Zimbabwe.

De retour aux Etats-Unis, le natif de Wilmington décide de raccrocher temporairement les crampons pour suivre les traces de sa soeur ainée. De fait, la carrière d’Elisabeth Shue est en phase ascendante depuis sa présence au casting de Retour vers le Futur II et III, où elle incarne Jennifer Parker, la petite amie de Marty McFly. Andrew Shue se lance alors dans un soap dirigé par Aaron Spelling, Melrose Place.

Tout semble sourire au nouvel acteur, Melrose Place est un succès et son personnage devient incontournable. Mais comme tout bon footballeur, l’amour du ballon rond reste intact. Pour satisfaire ses envies, Andrew Shue tâte alors du cuir en Continental Indoor Soccer League, une ligue semi-professionnelle de foot en salle. C’est ainsi qu’Andrew joue un match sous les couleurs des Los Angeles United (1993) et deux sous le fanion des Anaheim Splash (1994). Pas de quoi prendre un ballon d’or, mais sa notoriété, couplée à ses qualités sportives indéniables, lui permet de devenir commentateur lors de la Coupe du Monde de football 94 qui se tient justement aux Etats-Unis.

Convaincu d’en faire une star publique et sportive à l’instar de Tom Selleck dans les années 80 – version volley-ball -, le propriétaire du club Los Angeles Soccer Club, Steve Vanderpool, propose à Andrew Shue de rejoindre son équipe. Une équipe semi-professionnelle qui se professionnalise entièrement deux ans plus tard pour devenir le Los Angeles Galaxy. Une opération marketing intéressante pour la Major League Soccer qui en est encore à ses balbutiements. Mais la star espérée ne va pas être celle de Melrose Place. Bien plus adroit et surtout international américain, c’est un certain Cobi Jones qui deviendra la star incontestée des LA Galaxy. Finalement, Andrew Shue ne jouera que cinq rencontres avec la formation californienne avant de raccrocher les crampons… définitivement cette fois.

Matthieu Matthys
A propos Matthieu Matthys 746 Articles
Omniscient avorté, avide de nouveautés et en recherche perpétuelle du pourquoi du comment, je suis fondateur, directeur de publication et responsable cinéma du Suricate Magazine.