La porte d’Abaddon. The Expanse 3 de James S.A. Corey

la-porte-dabaddon

auteur : James S.A. Corey
édition : Actes Sud
collection : Exofictions
sortie : septembre 2016
genre : science-fiction

Après maints conflits, la Terre et Mars oublient leurs différends pour affronter un danger potentiel : un anneau d’origine extra-terrestre a fait son irruption dans le système solaire.  Est-ce un portail vers une autre galaxie ?  Une arme de destruction cherchant à anéantir l’Humanité ?  Pour étudier le phénomène, l’Alliance des Planètes Extérieures (en gros la police de l’espace) envoie une flotte, le Béhémoth.  A son bord des soldats, des hauts gradés terriens et martiens mais aussi des civils tels que des religieux, des artistes et des politiciens dépêchés par les Nations Unies afin de faire état de la situation aux dirigeants terriens.  Un second équipage d’une autre embarcation, le Rossinante, vaisseau d’escorte indépendant dirigé par Jim Holden, se voit malgré lui également mêlé à cette quête.  Le commandant Holden devra non seulement faire face à cette mystérieuse apparition mais aussi à un complot visant à sa perte.  Tout ce petit monde arrivera-t-il à percer les secrets de l’anneau sans mettre en danger les populations civiles?  La course contre la montre commence…

La porte d’Abaddon aborde en alternance le point de vue des 4 personnages principaux : un Terrien, une jeune femme assoiffée de vengeance, le chef de la sécurité du Béhémoth et une évangéliste au grand cœur.  Cette structure donne une certaine dynamique à l’ensemble, certes, mais fallait-il pour autant exposer le tout sur 580 pages et noyer le lecteur dans de trop nombreux détails technico-cosmiques ?  Le roman pèche aussi par des explications peu claires et tirées par les cheveux.  Par-là n’entendez pas l’arrivée fracassante de Dirk Frimout et du Cosmoschtroumpf venus pour péter la gueule à E.T., non.   Mais un fantôme faisant de fréquentes apparitions, est-il une vision due à la folie naissante dans un espace confiné ou encore une entité issue de l’anneau venue pour semer le trouble ?  Parfois, le lecteur flotte dans le flou et pourrait finir par en avoir assez.

Ne perdez pas de vue que cette lecture est réservée aux adeptes du genre, déjà familiers de l’univers de Monsieur Spock ou d’Ellen Ripley.  Pour les novices, il est fortement conseillé de commencer par les premiers volumes, L’éveil du Léviathan suivi de La guerre de Caliban pour une meilleure compréhension.  En outre, les personnages auront davantage de consistance et d’accroche étant donné qu’ils ne sont plus resitués dans ce dernier ouvrage.

Le point fort de cet ouvrage est sans conteste l’ambiance créée par les auteurs, James S. A. Corey étant le nom de plume du binôme américain formé par Daniel Abraham et Ty Frank.  Imaginez : Terriens et Martiens, civils et soldats, chefs et subordonnés, intègres et faux-culs, tous réunis dans un vaisseau (car oui, il ne restera qu’un vaisseau mais lequel ?  Suspense les amis…), véritable huis-clos interstellaire à la limite du supportable avec de surcroît cette menace extra-terrestre qui plane…  Projetez-vous dans le métro le matin c’est pareil.  Il fait noir dehors, chaque passager envahit votre espace vital et vous angoissez à l’idée qu’un problème technique survienne et gâche plus ou moins votre journée.  Stress.  Angoisse.  Sueur.  L’écriture rend remarquablement bien cette atmosphère moite et oppressante.

Il reste que l’on peut extrapoler au sortir de cette lecture : depuis la nuit des temps, l’Homme a peur de ce qu’il ne connaît pas.  Il pourrait dès lors se brûler les ailes à force de vouloir tout dominer et contrôler afin de calmer ses inquiétudes.  Et ainsi se créer lui-même des ennemis.  Est-ce toujours bien judicieux ?  A méditer.

Emmanuelle Lorriaux
A propos Emmanuelle Lorriaux 60 Articles
Journaliste