Philip Catherine était au Brussels Jazz Festival ce 13 janvier à Flagey

Celebrating Philip Catherine with Strings était donc le titre du concert d’ouverture ce 13 janvier de l’actuel Brussels Jazz Festival à Flagey.

Le guitariste y a présenté une sélection de ses compositions avec les cordes de l’Orchestre Royal de Chambre de Wallonie (dirigées par Franck Braley) et ses musiciens: Nicola Andrioli (piano), Philippe Aerts (contrebasse), Hans Van Oosterhout (batterie), et en invité Nicolas Fiszman (guitare,basse).

Une belle brochette d’arrangeurs avait été sollicitée pour la circonstance dont Philippe Decock et Michel Herr notamment.

C’est dans la salle 4 de Flagey, où la qualité du son est remarquable, que ce très beau concert sold out s’est déroulé dans un silence religieux, à l’exception des applaudissements soutenus.

Ce concert fut constitué d’une douzaine de thèmes et d’un rappel intense rassemblant, pour l’unique fois malheureusement, tous les musiciens.

En effet, ce ne fut pas le cas tout au long de la soirée car si les cordes étaient omniprésentes, trop sans doute (ce qui a déstabilisé certains spectateurs). Les membres de son quintet se relayaient au fur et à mesure pour se retrouver dans différentes configurations avec Catherine. Philip joua également seul à un moment avec les cordes.

BER_0879-Modifier-2

Le concert fut, en fait, une longue série de thèmes romantiques, de superbes balades à l’exception d’un seul réel morceau plus énergique.

Ceci faisait regretter à certaines personnes des moments plus swinguants au tempo plus rapide,que ce soit en quartet ou quintet.

Il y aurait pu aussi y avoir un moment plus intimiste à deux guitares électriques me disait un fidèle admirateur.

Ceci dit, Philip Catherine, alternant  guitare électrique et acoustique ,était en grande forme musicale mais aussi communicative.

Ses commentaires en anglais, ses réflexions humoristiques,son arrêt du cinquième thème pour mieux le reprendre tout comme ses mimiques et gestes à l’égard de ses complices pour qu’ils poursuivent une intro en sont les ingrédients.

Enfin, le rappel peut résumer ce qui aurait pu encore plus embellir cette soirée et répondre à l’attente de certains spectateurs.

A savoir ce partage entre la musique du quintet et ce rassemblement avec les cordes.

Photo: Bernard Rie

Pierre Gérard
A propos Pierre Gérard 65 Articles
Chroniqueur pour la partie du Suricate Magazine consacrée au Jazz

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.