Une oeuvre de Basquiat vendue 57 millions de dollars

Hier, dans les travées luxueuses du Rockefeller Plaza de New York, la maison Christie’s a établi un record de vente pour une oeuvre de Basquiat, artiste néo-expressionniste décédé en 1988.

Adulé par les fans d’art contemporain et en particulier par les peoples, Jean-Michel Basquiat est devenu une valeur sûre sur un marché de l’art assez délicat. Il y a deux ans, la toile Dustheads avait été cédée pour 48.8 millions de dollars. Mais aujourd’hui, le record pour une toile du maître décédé d’une overdose à l’âge de 27 ans a été battu. L’auto-portrait, datant de 1982 et représentant un diable surgissant de traits anarchiques aux couleurs chaudes et froides, a été adjugé à 57,3 millions de dollars. Une belle plus-value pour son propriétaire, Adam Lindemann, qui l’avait achetée en 2004 pour 4,5 millions de dollars.

Concernant l’acheteur, il ne s’agit pas du riche trentenaire malaisien basé à Hong Kong, Low Taeck Jho, ayant acquis par le passé des toiles de l’artiste new-yorkais. La rumeur faisant état de cet achat s’étant avérée fausse (Mise à jour 12/05/16). Le véritable propriétaire est néanmoins asiatique et a fait ses offres par téléphone.

Matthieu Matthys
A propos Matthieu Matthys 725 Articles
Omniscient avorté, avide de nouveautés et en recherche perpétuelle du pourquoi du comment, je suis fondateur, directeur de publication et responsable cinéma du Suricate Magazine.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.