Netflix annonce Jupiter’s Legacy, American Jesus, Huck et Empress

Il y a bientôt un an, nous vous annoncions le rachat de Millarworld par Netflix. De fait, la société du scénariste britannique Mark Millar – et surtout son portefeuille de comics – avait aiguisé l’appétit du géant du streaming. Un rachat stratégique pour le logo rouge puisque quelques jours plus tard, Disney annonçait vouloir lancer une plate-forme similaire dotée, elle aussi, de moyens colossaux.

Et pour cause, Netflix voyait surtout son contrat avec Disney, vieux de six années, se rompre dans la foulée, ce qui marquait un coup d’arrêt à l’exploitation de l’univers Marvel dont la plate-forme est si friante (Daredevil, Jessica Jones, Luke Cage, Iron Fist, The Defenders, The Punisher). Coup de tonnerre sur la planète Netflix car, même si celle-ci pouvait encore produire plusieurs saisons des séries déjà en cours, il n’était plus question d’en exploiter de nouvelles ou de créer des séries dérivées.

Pour s’assurer la fidelité de bon nombre d’abonnés – les fans de comics et de super-héros -, Netflix a dévoilé hier ses premières productions adaptées de l’univers Millarworld. Trois films et deux séries, ce qui constitue une bonne mise en bouche.

Côté séries, il y aura premièrement le très attendu Jupiter’s Legacy (photo d’illustration). Un chef d’oeuvre signé Mark Millar himself dont l’adaptation avait déjà été évoquée par le passé. Pour mener à bien ce projet en huit épisodes, c’est le réalisateur Steven S. DeKnight qui a été choisi. Celui à qui l’on doit le très récent Pacific Rim : Uprising n’est pas un nouveau venu dans la maison « super-héros netflixiens ». De fait, on lui doit déjà le scénario et la réalisation de certains épisodes de Daredevil.

Deuxièmement, ce sera au tour d’American Jesus, l’histoire d’un garçon de douze ans qui a les mêmes pouvoirs que Jésus, comme transformer l’eau en vin ou ressusciter les morts. La première saison de six épisodes sera confiée aux frères Everardo et Leopoldo Gout (producteur de Molly’s Game).

Côté longs métrages, les abonnés auront droit à Huck dirigé par Theodore Melfi (Les Figures de l’Ombre). L’histoire d’un mec grand, costaud et naïf – évidemment orphelin – qui passe ses journées à aider ses concitoyens. Ensuite, les amateurs du genre pourront admirer Empress, l’histoire d’Emporia, une femme qui fuit son mari à l’autre bout de la galaxie pour sauver ses enfants. Le souci, c’est que son mari est empereur puissant. Et dans le monde des super-héros, un empereur puissant contrarié est un empereur qui tue tout le monde, tout le temps. Pour l’instant, Empress en est encore au stade de l’écriture sous la plume de Lindsay Beer. Enfin, Netflix promet un troisième long métrage dont on sait encore peu de choses : Sharkey the Bounty Hunter. De fait, le comic n’est pas encore sorti. Toutefois, on connait déjà le pitch : un chasseur de prime et un enfant de dix ans dans une camionnette de marchand de glace futuriste. Glauque non ?

Matthieu Matthys
A propos Matthieu Matthys 737 Articles
Omniscient avorté, avide de nouveautés et en recherche perpétuelle du pourquoi du comment, je suis fondateur, directeur de publication et responsable cinéma du Suricate Magazine.