Miramax est à vendre

Les propriétaires de Miramax, Colony Capital et Qatar Holding, ont mis en vente le catalogue de leur société. Ce choix surprenant est surtout motivé par les sommes sans cesse plus élevées qu’offrent les nouvelles plates-formes en ligne comme Netflix ou Amazon.

Et dans ce secteur, Miramax Films est un joyau déjà poli. De fait, la firme cinématographique peut se targuer d’avoir dans son catalogue plus de 700 films dont Pulp Fiction, Shakespeare In Love, Reservoir Dogs, Will Hunting, Kill Bill ou encore la série Scary Movie. Un programme alléchant.

Pour rappel, la société fût fondée par les frères Weinstein en 1979 qui l’ont dénommée Miramax en l’honneur de leurs parents, Miriam et Max. Ensuite, ceux-ci l’avaient vendue à Disney pour 80 millions de $ en 1993 tout en s’assurant en garder la direction jusqu’à leur départ pour fonder la Weinstein Company. Mais pendant la crise bancaire et financière de 2008, Disney décida de faire des coupes budgétaires draconiennes au sein du groupe en diminuant les productions par deux et les effectifs par trois. Un an plus tard, la marque aux grandes oreilles préféra fermer complètement le studio, sous réserve d’une reprise par des investisseurs.

Mickey fût trop gourmand pour de nombreux acquéreurs mais pas pour la Filmyard Holdings, menée par le patron du fond d’investissement privé Colony Capital. Le consortium met les 663 millions de $ demandés par Disney sur la table.

Aujourd’hui, à l’heure de la revente et de la plus-value, Filmyard Holdings en demande 1 milliards de $. Une somme jugée trop élevée au départ, mais qui pourrait cependant être alignée prochainement. C’est en tout cas ce que Miramax a fait savoir aux journalistes, puisque ses actionnaires déclarent avoir au moins un acheteur potentiel.

Côté divertissement, Miramax sortira prochainement Mr. Holmes avec Ian McKellen et produira Amityville : The Reawakening de Franck Khalfoun.

Matthieu Matthys
A propos Matthieu Matthys 779 Articles
Omniscient avorté, avide de nouveautés et en recherche perpétuelle du pourquoi du comment, je suis fondateur, directeur de publication et responsable cinéma du Suricate Magazine.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.