Michel Jonasz et son Piano/Voix à Namur

Ce vendredi 5 février, la Maison de la Culture de Namur accueillait Michel Jonasz et son merveilleux pianiste Jean Yves d’Angelo pour le spectacle intitulé PIANO/VOIX, Saison 2.

Cette programmation était exceptionnelle car unique en Belgique pour 2016.

Jon1

Avec cette formule, les deux artistes ont offert un spectacle complet alliant moments musicaux intimistes, humour et interaction avec le public.

Michel Jonasz a montré toutes les facettes de son talent: chanteur, musicien jouant du mélodica ou du piano en passant par les percussions mais également acteur au travers de ses gestes, de ses mimiques et de ses sketchs dans lesquels il taquinait son complice de toujours. Celui-ci lui donnait d’ailleurs la répartie de belle manière avec un sens aigu de la dérision.

Jean Yves d’Angelo, véritable locomotive au piano, joua également de la guitare et du cajon (sorte de caisson), chanta en duo ou fit les chœurs pour accompagner M.Jonasz dont le répertoire fut très varié.

Jon3

Sous un subtil jeu de lumières et avec un son minutieux, il reprit des anciens succès teintés de blues, de jazz (La boîte de jazz), de bossa nova (La bossa) mais aussi des chansons plus mélancoliques et profondes comme J’veux pas qu’ tu t’en ailles, J’t’aimais tellement fort que j’t’aime encore, Les lignes téléphoniques ou encore Je voulais te dire que je t’attends.

Jon4

Il fit aussi un petit hommage aux musiques qu’il affectionne, le blues et le rythm’n blues, en interprétant en anglais des morceaux comme Hoochie coochie man, un célèbre morceau composé par Willie Dixon et qui fut interprété par de nombreuses stars du blues comme Muddy Waters ou encore BB King et Papa’s got a brand new bag de James Brown.

Enfin, il sollicitera les spectateurs très enthousiastes pour l’accompagner en reprenant les refrains d’autres titres qui ont marqué sa carrière: Super nana, Du blues, du blues, du blues, Lucille, Les fourmis rouges mais aussi sur le dernier morceau qui faisait office de troisième rappel: Joueurs de blues.

Jon2

Cette « équipe de choc » d’une rare complicité terminait ainsi, après plus de deux heures sur scène, ce brillant concert au cours duquel l’émotion fut constamment au rendez-vous et le public pouvait s’en retourner tout simplement ravi.

Pour voir la galerie complète des photos du concert, cliquez ici.

Photos de Bernard Rie

Pierre Gérard
A propos Pierre Gérard 65 Articles
Chroniqueur pour la partie du Suricate Magazine consacrée au Jazz

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.