Les oiseaux de passage d’Olivier et Yves Ringer

les oiseaux de passage affiche

Les oiseaux de passage

d’Olivier et Yves Ringer

Drame, Aventure

Avec Lea Warny et Clarisse Djuroski

Sorti le 1er avril 2015

C’est lorsque Cathy reçoit pour son anniversaire un œuf fécondé que commence l’aventure : le moment venu, c’est un caneton qui sort de sa coquille en présence de Margaux, jeune handicapée, et qui se trouve être la meilleure amie de la petite fille. Le problème, c’est justement que c’est Margaux que l’oiseau aperçoit dès son éclosion et il prend donc cette dernière pour sa maman. Cet enfant étant dans l’incapacité physique de s’en occuper, ses parents décident de se débarrasser de l’animal.

Commence alors une équipée pour les deux petites filles qui se mettent en tête de conduire le palmipède au paradis des oiseaux pour le sauver. L’arrivée du caneton dans la vie de Margaux, à travers l’expédition qui s’en suit, va lui ouvrir les portes d’un monde interdit par ses parents et cela va lui permettre de vivre des moments encore inconnus.

Le scénario s’inspire d’une histoire d’amitié vécue depuis l’école primaire entre l’une des filles du réalisateur Olivier Ringer et une jeune handicapée moteur. Si le film des réalisateurs belges Olivier et Yves Ringer s’adresse aux enfants, il y a une autre lecture possible et ce long métrage peut s’adresser aux adultes également.

Tourné en partie à l’Aquascope de Virelles, Les oiseaux de passage aborde le thème du handicap et des difficultés de vie de ces enfants et de leurs parents.

Si l’histoire est simple, l’idée est aussi de rappeler aux parents qu’il faut éviter de surprotéger les enfants et leur laisser l’opportunité de vivre des aventures.

Pas de misérabilisme dans cette fiction, mais le temps passe trop lentement, certaines scènes sont vraiment tirées en longueur. Les enfants risquent donc de décrocher – le film dure 90 minutes – d’autant que le message que les réalisateurs veulent faire passer nous semble un peu inaccessible pour des jeunes entre 8 et 10 ans. Au-delà de cet âge, nous dirions que cela risque de les ennuyer fortement. Ainsi, la cible visée risque fort de ne pas être atteinte d’autant que la question de l’indépendance à acquérir par rapport aux parents ne se pose véritablement qu’à l’adolescence.

Inès Bourgeois
A propos Inès Bourgeois 37 Articles
Journaliste du Suricate Magazine

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.