Les femmes en blanc tome 36 : Neuf mois de gros stress

femmes en blanc neuf mois de grossesse couverture

scénario : Raoul Cauvin
dessin : Philippe Bercovici
éditions : Dupuis
sortie : 4 avril 2014

Amateur d’humour médical, nous avons le plaisir de nous annoncer la sortie du  tout nouveau tome de la série les femmes en blanc. Avec 36 tomes en 28 ans, on passe plus de temps à obtenir un rendez-vous chez un médecin spécialiste qu’à obtenir un nouveau volume de cette série.

Comme on ne change pas une équipe qui gagne, la série des femmes en blanc est toujours écrite par Raoul Cauvin, scénariste de bandes dessinées qu’il est totalement inutile de présenter et est dessinée par Philippe Bercovici à qui l’on doit, entre autre, «Le Boss» et «Cactus Club».

Comme à l’accoutumée, on y retrouve des petites histoires de 1 à 4 pages relatant les aventures de médecins incompétents, d’infirmières espiègles, de stagiaires (trop) studieuses et de malades plus ou moins agonisants. Malgré son titre, Neuf mois de gros stress, subtil jeu de mot à l’instar des autres tomes de la série, cet épisode ne traite pas particulièrement de cette joyeuse période de la vie d’une femme épanouie.

Les situations et personnages sont bien entendu caricaturaux à souhait, même si on retrouve certaines pointes de réalisme et de critiques de la dure réalité d’un hôpital dans certaines situations (comme le sketch sur l’attente aux urgences, criant de vérité).

L’humour est toujours bien présent, et on sourit volontiers à certaines histoires. Mais pas à toutes, car il faut dire que certaines chutes s’avèrent moins réussies et se devinent très facilement à l’avance. Ceci dit, dans pas mal de cas, ce n’est pas la fin de la saynète qui porte à rire, mais bien la situation cocasse décrite tout au long de celle-ci.

Niveau graphique, on reste aussi dans la continuité des précédents épisodes, qui eux-même s’avéraient plus réussis que les premiers tomes de la série. Les dessins collent à merveille au ton et à l’univers médico-déjanté des femmes en blanc.

Au final, rien de bien révolutionnaire pour ce 36ème tome, mais les amateurs de la série et de bandes dessinées humoristiques trouveront leur bonheur dans cette nouvelle aventure.

Julien Sterckx
A propos Julien Sterckx 125 Articles
Mais tu dis Que le bonheur est irréductible Et je dis Et il dit Que ton espoir n´est pas si désespéré A condition d´analyser Que l´absolu ne doit pas être Annihiler Par l´illusoire précarité De nos amours Destitué(e)s Et vice et versa

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.