Les fantômes de Knightgrave, plongée dans le passé de Monsieur Choc

Dessin : Eric Maltaite
Scénario : Stéphane Colman
Edition : Dupuis
Sortie : 05 avril 2019
Genre : Aventure, Action

Il est de notoriété publique que la qualité du méchant dans un film ou une BD détermine la stature du héros. Que seraient Blake et Mortimer sans le colonel Olrik ? Luke Skywalker sans Darth Vader ? Épousant la tendance apparue il y a quelques années à explorer la part sombre des personnages et à comprendre les origines du mal, Maltaite et Colman se sont intéressés à Monsieur Choc, l’adversaire le plus tenace de Tif et Tondu. C’est sous la forme d’un triptyque, Les fantômes de Knightgrave, débuté en 2014 et qui s’achève à présent que se présente cette œuvre.

Dans cet album comme dans les précédents, le narrateur nous fait naviguer entre différentes époques, débutant par les années 20 durant la jeunesse du génie du crime, explorant la période de l’entre deux guerres pour arriver à l’année 1955, moment charnière dans la vie de notre héros. On y découvre les personnages qui ont marqué Monsieur Choc et les événements qui l’ont façonné, lui faisant perdre petit à petit foi dans l’humanité.

En moins de 300 pages, Stéphane Colman crée un passé crédible à ce génie du crime, en s’inspirant des événements tragiques de l’époque. Personnage en colère, en quête de vengeance, il est le produit d’une société assez violente dans ses rapports sociaux, qui file à grand pas vers le chaos. En utilisant avec brio la technique du flashback, le scénariste tisse des liens entre les époques, au fil des souvenirs de Monsieur Choc. Il est aidé en cela par le travail méticuleux d’Éric Maltaite, qui grâce à un travail de recherche très précis, nous retrace avec une parfaite maîtrise des détails historiques cette première moitié du XXème siècle. D’un point de vue graphique, le dessinateur a su donner une touche classique à ses planches tout en gardant un style très nerveux.

Au final, cette trilogie narrant le passé de Monsieur Choc est une série à recommander à tous, même aux lecteurs n’ayant pas lu Tif et Tondu. Le scénario est crédible et prenant, plus noir que la série originale, mais correspondant parfaitement à l’époque actuelle, appuyé en cela par un dessin efficace.

Vincent Penninckx
A propos Vincent Penninckx 49 Articles
Journaliste du Suricate Magazine