Le mystère Croatoan de José Carlos Somoza

auteur : José Carlos Somoza
édition : Actes Sud
sortie : janvier 2018
genre : science-fiction

Un jour, la jeune Carmela Garcès reçoit un mail de son ancien professeur d’éthologie, composé d’un unique mot « Croatoan ». Mais là n’est pas le plus étrange, ce qui trouble Carmela c’est que son mentor est mort depuis deux ans. Mais il n’y a pas que dans la vie de Carmela que le trouble survient. Dans le monde, on observe d’étranges comportements provenant d’animaux mais aussi d’humains. Des milliers d’êtres se massent en colonies et avancent d’un seul pas franc, balayant toute résistance, agités par des soubresauts de violence entre eux sans que personne ne puisse expliquer le phénomène.

C’est la fin d’un monde que les personnages vont connaître et ce sera l’occasion pour chacun de poser un regard critique sur ce qu’est la vie humaine, sur ce qu’est leur propre vie.  Noyés dans l’urgence et dans le besoin de survivre, dans une sorte de thriller organique se muant en huis clos salvateur, tous évoluent dans le doute et tentent, par un instinct de survie, de comprendre et de survivre à ces vagues humaines et animales n’étant régient par rien de compréhensible, rien de connu jusqu’à présent.

Le mystère Croatoan est un excellent livre qui parvient à tendre une série de filets d’intrigues sans qu’aucune ne s’emmêle et sans qu’aucune ne se retrouve orpheline de solutions. Du premier au dernier mot, tout est dirigé et maîtrisé. La clé de l’histoire apporte une belle réflexion sur la nature même de la vie, incluant nous humains, eux animaux, vertébrés et invertébrés. Et gommant au fil du livre la frontière entre nos comportements raisonnés et ceux plus sauvages des animaux, jusqu’à perdre les repères du genre humain. Et nous voilà tout aussi perdus que les personnages car rien ne nous est révélé avant eux.

Qu’on le lise comme thriller, comme fiction, comme roman apocalyptique, comme essai philosophique ou comme roman d’été, le plaisir sera là. Comme ces colonies avançant d’un même pas déterminé, l’histoire avance déterminée à nous faire atteindre un point de rupture précis, décisif et jouissif.

Elodie Kempenaer
A propos Elodie Kempenaer 74 Articles
Journaliste