Le Cœur des Amazones, de Géraldine Bindi et Christian Rossi


scénario : Géraldine Bindi

dessin : Christian Rossi

éditions : Casterman

sortie : 14 mars 2018

genre : Aventure, mythologie

Vouées à la Déesse Artémis et lassées de se soumettre aux hommes, celles qui ont pris le nom d’amazones sont parties vivre en autarcie dans la forêt. Mais la présence proche de guerriers, parmi lesquels le demi-Dieu Achille, va venir remettre en cause les fondations de leurs coutumes et de leurs croyances.

Avec son scénario s’articulant principalement autour des relations entre une tribu d’amazones et les soldats alentours en pleine guerre de Troie, Le Cœur des Amazones entend bien investir la mythologie. En incorporant à son récit oracles, esprit vindicatif, eugénisme, groupe soudé par ses valeurs, la bande dessinée semble jongler avec des éléments similaires à ceux du 300 de Frank Miller. La principale différence qui existe entre les deux albums, et non des moindres, réside dans leurs aboutissements respectifs.

Au jusqu’au-boutisme guerrier du comics de l’auteur de Sin city, le duo Géraldine Bindi/Christian Rossi préfère emprunter une voie qui lorgne vers l’espoir d’un apaisement. Pour autant, le voyage n’en sera cependant pas de tout repos, tant le chemin emprunté se révèlera âpre et parfois particulièrement cruel, d’autant que plusieurs personnages se révèlent rapidement attachants. Cela permet à l’album d’éviter en grande partie les écueils d’un thème aussi rebattu que l’amour possiblement plus fort que la haine, malgré une fin en deçà de ce qui a précédé.

Le récit sombre est magnifié par le dessin tout en subtilité de Christian Rossi, qui n’hésite pas à laisser de côté ses lavis aux teintes sépias, fouillés et maîtrisés, le temps de quelques cases, pour privilégier un dessin au trait. Si l’on se pose parfois la question du pourquoi d’une telle alternance, il faut néanmoins reconnaître qu’elle permet la plupart du temps d’attirer l’attention du lecteur sur certains détails précis, voire d’ouvrir la profondeur de champ des illustrations.

Si Le Cœur des Amazones est déjà un bel album en lui-même, il est à noter qu’il en existe également un tirage limité à 2000 exemplaires. Pour les collectionneurs, nous préciserons que cette version comporte, outre une couverture alternative, un ex libris, ainsi qu’un dossier additionnel de 24 pages, composé de planches inédites, d’un cahier graphique et de documents relatifs aux amazones.

Guillaume Limatola
A propos Guillaume Limatola 123 Articles
Journaliste - Responsable BD du Suricate Magazine