Le Brussels Jazz Orchestra et Tutu Puoane : We have a dream

 

 

Après une première collaboration en 2011 pour l’album Mama Africa, le Brussels Jazz Orchestra et la chanteuse anversoise aux racines sud-africaines Tutu Puoane se retrouvent à nouveau pour nous délivrer un splendide nouvel opus intitulé We have a dream (SoulFactory Records).
Pour rappel, I have a dream est le nom donné au discours prononcé le 28 août 1963 par le pasteur et militant Martin Luther King qui en appelait solennellement à la fin du racisme aux States et revendiquait l’égalité des droits civiques et économiques entre les Blancs et Afro-Américains.

En avril 2018, cela fera 50 ans que Martin Luther King a été assassiné. Le Brussels Jazz Orchestra a souhaité célébrer sa mémoire avec un projet musical qui traite des droits de l’homme.
We Have A Dream reprend des protest songs issues des répertoires pop, rock, soul et jazz, le tout dans de somptueux arrangements écrits spécialement pour notre grande formation jazz à la réputation mondiale.
Cet album a donc été réalisé avec Tutu Puoane  qui y chante le poing levé, pour le respect des droits humains, quels qu’ils soient.

 

Un projet à la portée universelle, plus d’actualité que jamais et que la musique peut soulager.
We Have A Dream est né de ce constat. Frank Vaganée, directeur artistique de l’orchestre et Tutu Puoane se sont plongés dans leur collection de disques et y ont sélectionné leurs protest songs préférées. De Stevie Wonder à Marvin Gaye, de Nina Simone à Sting, en passant par Rod Stewart et Donny Hathaway : tous les morceaux qui composent cet album traitent de l’injustice et des inégalités. Leur message d’espoir est plus actuel et urgent que jamais.
Les droits de l’homme et la musique ont toujours entretenu une relation proche et suivie. Les protest songs contre l’esclavage, la guerre et le respect des droits ont construit l’histoire de la musique, et ce depuis des siècles.
Pour toutes ces raisons, le BJO a souhaité en plus un partenariat unique avec Amnesty International Belgique.
Les douze compositions sont parées de nouveaux arrangements principalement écrits par des arrangeurs invités ( Bert Joris, Michel Herr, Gyuri Spies et Alan Ferber ) mais aussi par Lode Mertens, membre du BJO et la chanteuse elle-même sur un titre chacun. Le résultat : un mélange inspirant, provoquant et universel de sonorités et styles, où la voix merveilleuse de Tutu Puoane est soutenue et magnifiée par le son unique du Brussels Jazz Orchestra dans lequel tous les musiciens formant la rythmique et la quasi-totalité des souffleurs interviennent aussi en tant que solistes.

 

Par ailleurs, les titres des thèmes sont donc souvent évocateurs (Why? (The King of love is dead), Someday We’ll All Be Free, They Dance Alone, Make Me Wanna Holler, …).  A noter aussi que le dernier morceau War est à lui seul un moment très soutenu dans ce contexte car ce morceau est d’une grande intensité musicale et qu’il n’est pas réellement chanté, seulement un  « message fort » est interprété en choeur.
Au travers de cette éblouissante performance musicale du BJO alliée à la magnifique prestation vocale de Tutu Puoane, nous sommes en présence d’un superbe album à découvrir de toute urgence.

 

Note : 9/10

 

 

 Le BJO et Tutu Puoane présenteront ce nouvel album lors d’un concert qui aura lieu le 23 février 2018 à De Singel à Anvers.

Vous pourrez également les retrouver en concert aux dates suivantes :

2 mars 2018 Flagey, Bruxelles
3 mars 2018 Handelsbeurs, Gand
14 avril 2018 Cultuurcentrum, Malines
18 avril 2018 Cultuurcentrum, Strombeek
21 avril 2018 Cultuurcentrum, Bruges
2 mai 2018 30CC, Louvain

Pierre Gérard
A propos Pierre Gérard 65 Articles
Chroniqueur pour la partie du Suricate Magazine consacrée au Jazz