La Rage au ventre ou le retour de Rocky Balboa

Southpaw 70x100 Poster FR ProForma.indd

La Rage au ventre (Southpaw)

d’Antoine Fuqua

Drame

Avec Jake Gyllenhaal, Rachel McAdams, Forest Whitaker

Sorti le 22 juillet 2015

Billy Hope mène une vie de luxe avec sa femme et sa fille qu’il aime plus que tout ; champion du monde de boxe, sa vie bascule lorsque sa femme est tuée accidentellement. C’est alors la descente aux enfers, ses dettes le mènent à la ruine totale et le pire, à la perte de la garde de sa petite fille.

Sans ressource, ses dérives comportementales amènent en effet la justice à estimer que son comportement est incompatible avec son rôle de père. Au plus bas, il trouve une aide précieuse en la personne de Tick Willis, un ancien boxeur avec lequel il reprend l’entraînement ; commence alors une bataille pour se réhabiliter aux yeux de la justice pour récupérer sa fille et revenir au meilleur niveau de son sport.

Film dramatique américain, Southpaw a été réalisé par Antoine Fuqua a qui l’on doit, entre autres, La Chute de la Maison Blanche (Olympus Has Fallen) en 2013 et Equalizer (The Equalizer) en 2014.

À l’origine du projet, c’est Eminem qui devait incarner ce boxeur, mais finalement, c’est l’acteur Jake Gyllenhaal qui incarne le rôle principal, pour lequel il a pris 7 kg de muscles en 6 mois; sa transformation physique est impressionnante et on reconnaît à peine la star.

Ce drame à l’américaine dresse un tableau on ne peut plus classique de la décadence d’un personnage suite à un drame personnel. Dans cette chute libre, on découvre « le sauveur » qui sortira de son marasme le boxeur déchu et on a parfois l’impression de regarder le 7ème volet de la saga de Rocky Balboa.

Les scènes de boxe sont bien tournées et d’un réalisme parfait, si bien que le spectateur ressentira peut-être parfois un malaise face à cette déferlante de violence physique ; les scènes sont longues et parfois ennuyeuses à force de voir les coups tomber sur les visages déformés.

Deux heures qui semblent donc parfois interminables pour un long métrage sans surprise d’un point de vue scénario. On y retrouve cependant avec plaisir Forest Whitaker, alias Tick Willis, que l’on avait vu dans  La Voie de l’ennemi en 2014 et dans Taken 3 en 2015.

Dans son rôle de sauveur, Forest Whitaker amène un peu de bienveillance et de sensibilité à l’histoire, ce qui adoucit les scènes liées aux combats de boxes. On salue aussi la performance d’acteur de Jake Gyllenhaal ( que l’on avait vu dans Le Secret de Brokeback Mountain en 2005 et plus récemment dans Night Call).

Sans conteste, un film pour les amateurs de boxe qui ne se lasseront pas des rounds.

Inès Bourgeois
A propos Inès Bourgeois 37 Articles
Journaliste du Suricate Magazine

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.