John Wick 2, … Reloaded !

John Wick 2

de Chad Stahelski

Action

Avec Keanu Reeves, Common, Laurence Fishburne, Riccardo Scamarcio, Ruby Rose

Sorti le 22 février 2017

Sorti en 2014, le premier John Wick était une sympathique série B d’action réalisée par deux cascadeurs de formation (Chad Stahelski et David Leitch). Jouant sur une esthétique et des principes scénaristiques proches de ceux du jeu vidéo, le film assumait totalement l’inanité de son « pitch » – un tueur professionnel à la retraite y reprenait du service pour se venger du vol de sa voiture et de la mort de son chien – avec une bonne dose de second degré, et permettait à Keanu Reeves d’endosser une fois de plus un de ces rôles majoritairement physiques qu’il affectionne particulièrement.

Si la simplicité et le déferlement d’action constituaient à la fois les principales qualités et défauts du premier opus – le film passe difficilement le cap de la seconde vision –, ce deuxième volet tente d’élargir l’univers et les enjeux mis en place afin d’en garder l’esprit tout en le renouvelant quelque peu. John Wick 2 reprend donc là où s’arrêtait son prédécesseur, permettant au héros de mettre un terme à sa vendetta personnelle, avant de rentrer dans ses pénates comme si de rien n’était. Mais la machine est relancée lorsqu’une vieille connaissance refait surface et oblige John Wick à honorer un serment prêté des années auparavant, au moment de sa retraite.

Lors de la première heure, le film semble rejouer – de manière plus lourdingue – la partition du premier, même si les scènes de cascades chorégraphiées restent assez fascinantes à regarder. Mais c’est lors de sa deuxième partie qu’il se montre plus ludique, en apportant des variations salutaires. Alors que le personnage de John Wick n’était alors présenté que comme un pur corps d’action, une masse physique increvable et une menace pour quiconque rencontrait son chemin, il se retrouve enfin en position de vulnérabilité, devenant lui-même la cible d’une vendetta généralisée. De vecteur principal de l’action, il devient celui qui la subit et passe le reste du film en situation de survivance, situation que la conclusion semble vouloir encore accentuer en vue d’un troisième volet qui s’annonce encore plus fébrile et dangereux.

Avant tout conçu pour les amateurs exclusifs de films d’actions, les « gamers » et les fans de Keanu Reeves, John Wick 2 peut également être vu comme une sorte de documentaire sur ce dernier, filmé d’abord comme une machine de guerre puis – enfin – comme un être humain, dans l’essoufflement et l’effort de plus en plus visible. Cette vision d’une « action-star » au travail, assailli par la dureté de la tâche que lui impose un tel film, dont il est pratiquement de tous les plans et qui ne lui laisse aucun temps mort, est un spectacle impressionnant, presque émouvant.

Thibaut Grégoire
A propos Thibaut Grégoire 303 Articles
Journaliste du Suricate Magazine

1 Rétrolien / Ping

  1. Sorties Cinéma – 22/02/2017 | CAMERA OBSCURA

Les commentaires sont fermés.