JIMM : In{can}decence

Voici enfin, un disque qui fait du bien. In{can}decence est le second brûlot de JIMM. Et le titre de ce disque est on ne peut mieux choisi.

En effet, dans ce deuxième album, JIMM montre davantage qu’il ne fait pas dans la dentelle. Du rock puissant, pas de langue de bois dans les propos, JIMM touche là où ça fait mal et met notre société à nu.

Dans son premier album solo, déjà, on sentait cette rage sur certains titres mais il semblerait que le français ait souhaité concentrer davantage cette rage et cette puissance tout au long de ce second opus.

A l’écoute de Jamais de Trêve, le premier titre, on comprend tout de suite à qui on a affaire. Des paroles acides sur la religion en général, des riffs bien ficelés et une section rythmique qui claque comme il faut. On est là dans du lourd et du vindicatif à souhait. Notons aussi que le parigot sait manier son instrument et nous sert toujours de beaux solos.

On continue avec Jour de Gloire qui met là en avant cette soif de reconnaissance ridicule qu’a ressenti tout à coup la jeunesse d’aujourd’hui.

jimm2

On remet la gomme avec Pourri Gâté, un morceau nettement plus pêchu qui égratigne encore cette jeunesse iPhone qui a tout ce qu’elle veut et n’apprécie plus rien.

Un peu plus loin il y a l’un des titres-phare de cet album, Occident oxydant. JIMM y décrit les travers de notre société de consommation et cette façon que l’on a à se mettre de œillères sur ce qui se passe hors de nos frontières. Un titre fort dans lequel on sent les influences musicales aussi d’un JIMM qui s’affirme d’autant plus dans un registre qu’il maîtrise et qui semble lui coller à la peau.

S’il est d’humeur revendicative sur ce disque, JIMM montre, une nouvelle fois, qu’il sait aussi écrire lorsqu’il s’agit de parler de sentiments avec la chanson Souffre-Douleur.

Mais ne nous reposons pas trop sur nos lauriers, Adrenaline vient marteler nos tympans comme il se doit avec un metal boosté comme il se doit.  Sur le même modèle est encore un bon morceau teinté d’acide dans des textes qui dénoncent cette volonté de notre société de mettre en avant le modèle d’une soi-disant réussite. Le solo de ce morceau est particulièrement bien travaillé et mérite qu’on y prête une oreille attentive.

A la Vie, à la Mort, un titre qui reflète parfaitement la solitude et l’isolement que vit cette jeunesse urbaine.

In{can}decence est un digne successeur du premier album de JIMM. Le mieux est d’ailleurs d’écouter ces deux disques pour profiter au mieux du talent parolier et musical de ce parisien bourré de talent. Certes, on a moins de variations musicales sur ce premier disque. Il n’y a pas vraiment de morceau calme, plus d’envolée celtique. Mais ce disque a le mérite d’avoir un fil rouge et de s’y tenir.

JIMM fait ici passer des messages au forceps et nous sert de très bons morceaux qui restent en tête et marquent nos esprits car on se retrouve dans ces paroles.

Un disque très réussi et qui montre que JIMM est un artiste très prometteur.

Christophe Pauly
A propos Christophe Pauly 484 Articles
Journaliste et photographe du Suricate Magazine

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.