Intimo Tango au W:Halll

La compagnie Otango nous présente, en première mondiale et après six ans d’absence en Belgique, sa toute nouvelle et envoûtante production : « Intimo tango ». Un aller simple au cœur d’une Argentine ensorcelante et magnétique.

Le spectacle se compose d’une succession de tableaux qui alternent numéros dansés avec une grande maîtrise et chantés avec une virtuosité incontestable. Le chanteur Jose Luis Barreto et la chanteuse Claudia Pannone nous font voyager, avec leurs voix exceptionnelles tout à la fois pénétrantes et profondes, dans l’univers lyrique du tango, assez proche de l’opéra. Le tout est bercé par la musique du Rio de la Plata, la zone où est né le tango, entre Buenos Aires en Argentine et Montevideo en Uruguay, joué par cinq musiciens qui se produisent dans une grande alcôve à l’arrière-plan de la scène derrière un voile transparent, éclairé par des jeux de lumière colorés.

Le spectacle s’ouvre sur un couple qui danse un tango intime et langoureux, les deux danseurs en complète symbiose. Au fur et à mesure, les performances s’intensifient jusqu’à ce que tous les danseurs, c’est-à-dire quatre couples, se rejoignent pour se produire en même temps sur des chorégraphies incroyablement sensuelles. Les couples, s’ils dansent sur la même chorégraphie, ont cependant chacun leur interprétation bien à eux de la danse qu’ils exécutent. C’était un des souhaits d’Olivier Tilkin, le directeur artistique de la compagnie : il demande en effet à chaque artiste de donner son interprétation de la danse selon les sentiments que lui inspirent la musique et le thème qu’elle aborde.

Les danseurs sont fabuleux, ils nous offrent des performances de très haut niveau, voluptueuses à souhait. On comprend aisément pourquoi ce sont des étoiles dans le monde très circonscrit du tango. En effet, c’est grâce à leur amour commun pour cet art qu’ils se sont réunis pour former la compagnie Otango, parce que l’ambition de ce spectacle est de montrer autre chose qu’une simple performance que l’on offre aux non-initiés et qui ne représente guère plus qu’une introduction évasive de cet art total. De fait, le tango ne se définit pas uniquement par la danse qui porte son nom, mais également par de la musique et des chants.

« Intimo tango » tient toutes ses promesses en nous entrainant dans un tango intime et profond, qui nous tire les larmes et arrive même à nous faire sourire. On a beau dire que la danse permet de s’exprimer avec son corps, il n’en reste pas moins un moyen d’expression compliqué : lorsqu’on écoute une chanson, les sentiments passent directement car le langage est la forme d’expression la plus communément utilisée et donc la plus compréhensible. Mais le tango à ceci de particulier, c’est que les sentiments mis en valeur sont tellement exacerbés, tellement forts et puissants que l’on n’a pas besoin de mots. Cela nous transporte dans un monde très particulier où tous les artistes faisant partie de la compagnie danseurs, chanteurs, musiciens confondus forment une équipe très soudée, ayant la plus grande joie à nous emmener dans cet univers surprenant pour nous faire connaître, mais surtout nous faire ressentir un art qui leur est particulièrement cher.

C’est ce travail de groupe, d’écoute et de partage entre chaque membre de la compagnie qui fait la richesse de ce spectacle. On en ressort avec des frissons dans tout le corps, des papillons au creux de l’estomac et des étoiles plein les yeux. À découvrir absolument !


Intimotango, le spectacle de la compagnie Otango sera présenté jusqu’au 6 janvier 2015 au W:Halll, le 8 janvier au Vooruit de Gent et le 10 janvier au Théâtre Royal de Namur.

reserve

Daphné Troniseck
A propos Daphné Troniseck 240 Articles
Journaliste - Responsable littérature du Suricate Magazine

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.