Headcharger : Hexagram

Ils sont enfin de retour ! Les Headcharger nous reviennent avec Hexagram, un album qui va vous envoyer valser droit dans les cordes.

Vous aviez adoré Black Diamond Snake en 2014 ? Et bien prenez celui-ci dans les dents ! Les Caennais d’Headcharger enfoncent le clou et imposent de nouveau ce style rugeux et authentique qui avait fait leur renommée.

On est d’ailleurs fixé dès le début de Coming Back To Life qui ouvre le disque. La bête se réveille et est plus redoutable que jamais. Un riff bien gras puis, voilà le groupe qui entre en scène avec cette batterie maltraitée par Rudy Lecocq qui n’a rien perdu de sa hargne et nous sert une section rythmique aux petits oignons sur chaque titre. Romain Neveu et sa basse qui fait ronronner nos boyaux et ce duo aux six cordes : David Rocha et Anthony Josse qui nous prouvent encore l’efficacité incroyable de leur complémentarité. Soulignons enfin Sébastien Pierre et cette empreinte vocale qui incarne véritablement cette marque de fabrique et l’identité très forte qu’a su acquérir Headcharger pour se démarquer des autres.

Sur Hexagram, comme sur le précédent album, tout coule de source. Chaque morceau est taillé pour la scène et je vous défie de ne pas avoir les poils qui se dressent en écoutant ce disque.

Il y a énormément d’énergie, du groove, un son très accrocheur, bref, autant d’éléments qui font que l’on ne se lasse pas de ce groupe qui a su se renouveler au fil des ans et affiner un style qu’il maîtrise parfaitement à présent. Un style qui leur permet beaucoup de souplesse et ainsi d’explorer diverses possibilité au travers de leurs morceaux afin de leur donner une identité propre.

Outre les morceau très « rentre-dedans » (This Is My Crime est sans doute celui qui envoi le plus), on retrouve des titres assez posés comme Gutsy Move ou A Long Wait qui nous plaisent davantage de par leur sonorités particulières. Il y a toujours une certaine tension électrique mais là aussi, les musiciens ont vraiment fait un bon boulot pour que chacun offre le meilleur de lui-même et trouve sa place.

C’est aussi ça le point fort d’Headcharger, cette complémentarité et cette cohésion qui fait que le groupe a toujours ce son massif tout en restant très mélodieux.

Notons cette atmosphère un peu mystérieuse et très appréciable sur Feed Our Illusions qui clôt le disque, une manière de finir en beauté.

Hexagram est certainement un album qui plaira aux plus grands fans du groupe et qui permettra aux non-initiés de se familiariser rapidement avec le groupe.

On attend bien évidement leur venue en Belgique avec impatience pour apprécier ces nouveaux titres en live. D’ici là, autant se passer cet album encore et encore avec grand plaisir !

Note : 8/10

Plus d’infos sur Headcharger en cliquant ici.

Christophe Pauly
A propos Christophe Pauly 484 Articles
Journaliste et photographe du Suricate Magazine