Festival Millenium : Facebookistan de Jakob Gottschau

Facebookistan

de Jakob Gottschau

Documentaire

Le soufflé Facebook est retombé aux yeux des internautes raisonnés, aussi rapidement que son ascension n’a été fulgurante aux yeux du monde entier. Prôné par son créateur comme un instrument de communication qui rassemblerait les foules, le monde se rend compte aujourd’hui de l’instrument de pouvoir qu’est le monstre Facebook. En découvrant l’entreprise et ses rouages, le réalisateur Jakob Gottschau accuse Facebook sur base de liberté d’expression et de violation de vie privée.

Prenons le temps de replacer les faits dans leurs contextes. Facebook est créé en 2004 par l’universitaire d’Harvard Mark Elliot Zuckerberg. Moins de 10 ans après, en 2012, la société fait sa première entrée en bourse, rachète Instagram et WhatsApp en 2014. Aujourd’hui, Facebook, c’est 1,86 milliards d’utilisateurs, un chiffre d’affaire de 27,6 milliards de dollars et un bénéfice net de 10,22 milliards de dollars en 2016. Facebook est donc une entreprise multinationale. Comme toute entreprise, elle a ses objectifs financiers à atteindre, ses stratégies marketing et ses intérêts économiques ; La plateforme digitale fonctionne comme la plupart des sociétés à but lucratif, à savoir « un activité ayant pour but premier l’enrichissement personnel ». Dans cette perspective, le seul crime de Facebook n’a été que d’avoir une excellente stratégie commerciale.

Jakob Gottschau induit ses spectateurs en erreur, en ne satanisant que la face visible de l’iceberg. Ce que l’internaute de demain doit conscientiser, c’est que toutes les sociétés, sans exception, fonctionnent sur le même principe de collecte des données data et, contrairement à Facebook qui fonctionne sur base de volontariat (il faut s’inscrire sur Facebook et donc décider de devenir membre), elles le font à l’insu des utilisateurs, ce sont, entre autre, les fameux « cookies ». Ce combat pour « le pétrole du XXIème siècle », le jeune parlementaire Jan Philipp Albrecht (Les Verts), l’a porté à bout de bras pendant près de 2 ans afin de faire voter une nouvelle loi sur la protection des données personnelles (data) qui sera finalement prochainement appliquée. David Bernet l’a mis en image à travers le sublime documentaire Democracy (2015) (https://www.youtube.com/ watch?v=Vo3gziGgW_E).

Outre un petit séjour en Inde et deux trois mails envoyés, Facebookistan ne s’engage pas vraiment dans l’investigation. On y apprend bien quelques trucs et astuces pour s’amuser de la censure, mais rien n’est vraiment approfondi et les anecdotes qui s’enchainent vont finalement parfois à l’encontre de l’accusation catégorique que tente de maintenir le réalisateur. Pour autant, les documentaires tels que Facebookistan, dans une perspective d’urgence, sont nécessaires et doivent ouvrir la voie à la multiplication des productions de ce type, afin d’engager une réflexion à plus grand échelle de la problématique « je like donc je suis ».

Audrey Lenchantin
A propos Audrey Lenchantin 56 Articles
Journaliste du Suricate Magazine