Exposition « Répétition » à la Villa Empain

VILLA EMPAIN 4

En 1992, Robert Boghossian et ses fils, Jean et Albert, créent la Fondation Boghossian dans le but de mettre en place différents projets sociaux et éducationnels en Arménie, Belgique, Liban et Suisse. En 2006, la famille Boghossian lance la restauration d’un joyau du mouvement Art Déco, la Villa Empain qui, en 2010, ouvre au public comme centre pour les arts et le dialogue entre Orient et Occident.

L’exposition Répétition (13 mai – 21 août 2016) est conçue comme un système complet, un régime sensoriel spécifique accueillant une sélection d’œuvres mêlant images, objets, et corps. Inspirée directement des expérimentations de Robert Raushenberg, l’exposition Répétition prend comme point de départ son Accident de 1962 lorsque Robert Raushenberg, expérimentant différentes techniques de gravure en utilisant des plaques d’impression de journaux, assiste à la fissure de la pierre lithographique. Son résultat — l’accident — est l’occasion pour les deux commissaires, Asad Raza et Nicola Lees, d’accorder une attention toute particulière au pouvoir du hasard.

Dans cette circulation vivace des œuvres, où se mêlent sensorialité et collisions, une sélection d’œuvres du Centre International des arts graphiques de Ljubljana et de la Galerie moderne sera régulièrement déplacée et ré-agencée par les hôtes de l’exposition — surprises, rapprochements inattendus et juxtapositions imprévues. Montrée pour la première fois en Belgique, cette sélection évolue dans un espace conçu par Giles Round, qui a imaginé les différents éléments scénographiques tels que bibliothèques et dispositifs sculpturaux.

Les œuvres de l’exposition vivent dans une mise en scène se déployant dans toutes les pièces de la Villa Empain. L’installation Land of the sun (2014) de Lydia Ourahmane dialogue physiquement et visuellement avec l’architecture du lieu et notamment sa piscine extérieure d’un bleu éclatant bordée de colonnes.

Au premier étage, les trois installations de Zin Taylor entre pensées, formes, objets et matériaux fonctionnent comme une allégorie de l’acte de création. En s’éloignant de la simple image-sculpture, l’artiste livre une œuvre sensorielle qui appelle au toucher et à la pensée.

Le sous-sol de la Villa accueille quant à lui des œuvres principalement audiovisuelles ainsi qu’un dispositif conçu par castillo/corrales avec Antonia Carrara et Martin Laborde, mêlant sculpture et édition, nommé A situation for the social life of the book (2015-2016). Trois tables en béton, évoquant paradoxalement finesse et fragilité, se font le support approprié à différentes éditions papier, en libre consultation. Situation, contexte et vie sont alors au cœur de ce système de circulation des œuvres imaginé pour l’exposition Répétition.

Photos d’illustration © Fondation Boghossian – Villa Empain

Commentaires

commentaires

A propos Paul Muller 22 Articles
Journaliste du Suricate Magazine

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*