Exposition Hommage à Jean Coquelet au Musée d’Ixelles jusqu’au 24 septembre 2017

Le Musée d’Ixelles rend hommage à son ancien conservateur, Jean Coquelet (Bruxelles, 1928-2015), en lui consacrant une exposition accessible jusqu’au 24 septembre. Sous son impulsion, de 1957 à 1988, le musée s’ouvre à la modernité alors que la capitale bruxelloise est encore dépourvue d’un musée d’art contemporain. Sont invités dans ces lieux des artistes dont la renommée ne viendra que plus tard à l’instar de Ben ou Boltanski qui participent à l’exposition Je-Nous en 1975 (Musée d’Ixelles. Les Collections, 2010). Si l’importance de son action muséale est mentionnée, c’est ici son travail d’artiste photographe qui est présenté au public.

Historien de l’art, Coquelet suit d’abord des cours de sculptures à l’Académie des Beaux-Arts de Bruxelles avant de se passionner pour la photographie argentique qu’il choisit de faire entrer dans les collections du musée. Dès les années 60, sa pratique personnelle l’amène à porter un regard singulier sur le nu féminin. Jouant avec la lumière, les corps photographiés en noir et blanc prennent une dimension sculpturale tout en laissant transparaître leur sensualité. Ils sont aussi l’occasion pour l’artiste de réaliser un travail métaphorique dont les titres se font l’écho. Telle ligne ou telle forme en vient subtilement à évoquer Les Colonne du Temple, une Poire savoureuse ou encore une Luna Crescente. Lors d’une première exposition de ses photographies au Musée d’Ixelles en 1989, le plasticien italien Gio Pomodoro déclare : « Ces images n’appartiennent pas à la culture de masse courante, ni au flux du marché du nu » (S. Goyens de Heusch).  En effet, loin d’être trop évidentes, nous trouvons d’une grande poésie leur beauté sans artifice.

Au terme de cette visite, bien que ravis d’avoir découvert l’œuvre photographique de Jean Coquelet, nous regrettons néanmoins que l’engagement de l’ancien conservateur auprès du Musée ne soit pas davantage mis en évidence. Nous espérons qu’une future manifestation pourra rendre compte, rétrospectivement, de l’importance des artistes qu’il a contribué à révéler et qui trouvent naturellement leur place dans les riches archives du Musée.

http://www.museedixelles.irisnet.be/expositions/expositions-en-cours-1/expo-bis-hommage-a-jean-coquelet

Gwendoline Morán Debraine
A propos Gwendoline Morán Debraine 4 Articles
Journaliste du Suricate Magazine