Elyria : Reflection and Refraction

 

 

On le mesure peut-être assez mal aujourd’hui du fait de la fausse idée que l’on se fait du monde de la musique. Cette idée qui fait penser qu’aujourd’hui, faire de la musique est quelque chose de simple et que n’importe qui peut s’improviser artiste. Mais lorsqu’on écoute un album, c’est en général le fruit d’un travail intense, long de nombreux mois et également quelque chose qui a demandé beaucoup d’investissement et de réflection de la part de ceux et celles qui l’on conçu.

Il est de ces albums dont on ressort profondément frustrés. Pourquoi? Non pas que les compositions soient bâclées ou que les musiciens manquent de talent. Simplement, l’écoute de ce disque vous déçoit à cause du son de piètre qualité qui gâche tout l’effort mis sur cette oeuvre.

C’est en effet le triste constat que l’on peu faire lorsqu’on écoute l’album Reflection and Refraction du groupe Elyria.

 

 

Fondé en 2012, le groupe Elyria est tout d’abord le projet du guitariste Oliver Weislogel et de la chanteuse Patricia Cooney. Ensemble, ils ont dans l’idée de créer un groupe qui mêlerait des élément du chant lyrique au rock progressif. Ils vont faire la connaissance du bassiste Stefan Mankiewicz et du batteur Sascha Kaisler.

Les quatre vont alors s’atteler à l’écriture de ce premier album qui, au-delà de son mixage médiocre nous offre tout de même de très belles composition et un contraste qui interpèle fortement l’auditeur dès les premières secondes.

En effet, on a là de très bon titres qui sont techniquement et mélodiquement magnifiques.

Mais ce qui donne un véritable cachet à l’ensemble, c’est la qualité du chant de Patricia Cooney. Douce et cristalline, celle-ci apporte une émotion bouleversante. On sent d’ailleurs qu’elle est très impliquée dans ce projet en lisant ses paroles qui renforce ce monde singulier dans lequel Elyria tente à nous emmener.

 

 

Au-delà de cette prouesse, on ne peut que regretter le fait de ne pouvoir entendre correctement les parties pourtant très travaillées de batterie ou le son parfois trop compressé de guitare.

Pour le coup, cet album doit certainement davantage s’apprécier en concert que sur notre platine. Malgré ce soucis relatif, ne sanctionnons pas trop vite le mixage de ce Reflection and Refraction et espérons qu’Elyria corrigeront le tir sur le prochain album qu’ils sont déjà en train d’enregistrer. Ce groupe a visiblement énormément de potentiel et a de quoi faire des pas de géants en matière de popularité s’ils continuent à proposer de si bonnes chansons.

Note : 7/10

Pour plus d’infos sur le groupe Elyria, rendez-vous sur leur site en cliquant ici.

Christophe Pauly
A propos Christophe Pauly 484 Articles
Journaliste et photographe du Suricate Magazine