[Editions Professeur Cyclope] Le sourire de Rose de Sacha Goerg

Auteur : Sacha Goerg
Editions : Casterman / Editins Professeur Cyclope
Sortie : mai 2014
Genre : Polar, romance

En hiver, à Montréal, le sol est gelé. Et ça glisse. Quand Desmond, courant comme un dératé à la poursuite d’une photo de son fils envolée, tombe littéralement sur Rose au coin de la rue, ils vont se réchauffer autour d’un café. Mais Rose, poursuivie, dit-elle, par un vieux riche louche qu’elle a éconduit récemment et qui depuis la harcèle, ne sait plus trop où aller pour se sentir en sécurité, et demande l’hospitalité à Desmond….

Lui, trentenaire mal rasé, cheveux en bataille, à la dérive après que sa femme l’a quitté, cherchant désespérément à passer du temps avec son fils ; elle, jolie brunette un peu perdue, en quête d’amour : on sent venir la bluette. D’autant plus que tout dans l’album contribue à enrober Le sourire de Rose d’un tendre cocon cotonneux : les couleurs pastel, la forme délicatement arrondie des cases, les flocons de neige dans le ciel bleu pâle, le petit garçon qui veut tellement que son papa et sa maman s’aiment pour toujours, les sucreries partagées, l’après-midi de patin à glace sur le lac gelé… C’est mimi, et, pour tout dire, à la limite du mié-mièvre.

Mais l’intrigue, qui repose sur la poursuite d’un mystérieux talisman, est émaillée de fantaisie et de rebondissements, gentiment décalée – les méchants, malgré tous leurs efforts, ne parviennent pas à organiser une séance de torture – , agréablement rythmée. La menace et le mystère s’insinuent là où ne les attend pas, titillant notre curiosité. N’exagérons pas le côté polar au suspens insoutenable : en dépit des poursuites dans la nuit obscure, on ne réussit pas à s’inquiéter vraiment pour les personnages. Ce sont plutôt la recherche d’amour et de douceur et les aléas de la reconstruction sentimentale que met en scène Sacha Goerg, à travers une énigme esquissée à grands traits.

Le trait souple et charmant, le dessin à l’aquarelle, tout en taches de couleurs, collent parfaitement au décor hivernal, au brouillard et à la buée, aux soirs mouillés et aux matins roses. Avec cette attention presque impressionniste à la lumière flottante, au ciel, à l’air, comme s’il cherchait à capter la fugacité des mouvements, des instants et des sensations, Sacha Goerg parvient à baigner son histoire d’une atmosphère intimiste, personnelle et enveloppante, cohérente et évocatrice.

Le sourire de Rose est comme un petit flocon de neige, qui fond très vite, mais qui donne ce que l’on peut attendre de lui : un peu de fraîcheur et de légèreté dans un monde de brutes.

Plus d’informations sur les éditions Professeur Cyclope : http://www.professeurcyclope.fr/

Emilie Garcia Guillen
A propos Emilie Garcia Guillen 113 Articles
Journaliste du Suricate Magazine

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.