Congo Lucha, un peuple congolais en lutte

Congo Lucha
de Marlène Rabaud
Documentaire
Sorti le 8 décembre 2018

 

Le 23 décembre, des élections présidentielles, législatives et provinciales auront lieu au Congo. Joseph Kabila, à la surprise générale, décide de respecter la Constitution et de ne pas se représenter. A la veille d’une possible alternance politique, Marlène Rabaud réalise Congo Lucha. En partant à la rencontre d’un peuple congolais en lutte, ce documentaire nous permet de mieux comprendre les enjeux politiques de ce pays.

La réalisatrice a suivi pendant des années l’armée congolaise, témoignant d’un pays pris au piège. Si en 2006, Joseph Kabila est élu et promet de « ramener la paix », la guerre n’a jamais cessé. Alors qu’en 2016, le peuple qui croit à de nouvelles élections, voit ses espoirs s’envoler, il est bien décidé à agir. Dans un pays immobilisé par la peur, il crée le mouvement citoyen solidaire LUCHA (« lutte pour le changement »), composé essentiellement de jeunes étudiants. Ils militent pour le départ de leur président, qu’ils considèrent illégitime, et prônent la non-violence, l’écoute et le dialogue en criant et en chantant dans les rues de Goma.

« Je suis née dans les cartouches, j’ai grandi dans les cartouches, et maintenant je suis encore dans les cartouches (…) est-ce que je veux léguer un pays comme ça à mes enfants ? », Rebecca Kabugho

LUCHA lutte pour un futur différent, pour que les autres générations n’aient pas à subir la guerre et les mêmes conditions de vie. Ses membres défendent leurs droits d’expressions et d’opposition à un système arbitraire.

A l’aide d’une caméra, souvent clandestine, le documentaire dénonce les répressions abusives qui ont lieu au Congo. Rebecca, à 22 ans, fait six mois de prison ferme, pour avoir organisé une manifestation pacifique. S’ils peinent à être entendu au départ, les jeunes de la LUCHA ne se démotivent pas. Ils défendent le pouvoir de la parole, la puissance de la poésie et des idéaux. Mains et poings liés face aux violences policières, ils répondent de mots et de détermination. Un cri de vie d’une jeunesse qui ne fait pas que rêver d’un avenir meilleur, mais agit. Quant-ils ne manifestent pas, ils prêtent main forte à la population, en aidant aux reconstructions des quartiers sinistrés, causés par l’abandon des infrastructures collectives.

Grâce à la ferveur de ces jeunes congolais, le mouvement LUCHA ne cesse de grandir, et de se faire entendre. Il réussit même à faire sanctionner les autorités qui empêchaient les élections, et se lie à d’autres mouvements citoyens, ou encore au prix Nobel de la paix, le médecin Denis Mukwege.

Si le documentaire manque parfois d’informations ou de repères historiques, il nous a cependant poussé à aller nous renseigner par nos propres moyens, et à suivre de plus près les actions de la LUCHA. Alors que trop de monde s’immobilise par sentiment « de ne pas avoir d’impact », eux nous rappellent l’importance de se battre, même si le chemin est long. Diffusé le 8 décembre sur la RTBF, le reportage Congo Lucha rend hommage au courage de ces militants, et particulièrement à l’un d’entre eux, Luc Nkulala, prénommé aussi « espoir », disparu dans un incendie de cause suspecte. Continuer de se mobiliser est aussi permettre que son combat n’ait pas été vain.

La lutte continue car, en lisse aux élections du 23 décembre, Emmanuel Shadary Ramazani, qui n’est autre que le successeur de Joseph Kabila, pourrait empêcher l’alternance tant recherchée et nécessaire. En attendant, nous pouvons suivre et soutenir l’avancée de ce mouvement. Le 20 novembre, il manifestait pour l’éducation pour tous, dans les rues de l‘île d’Idjwi, près de Goma, à l’est du Congo, en dénonçant le prix des frais scolaires mensuels, obstacle à la scolarisation des enfants.

Luna Luz Deshayes
A propos Luna Luz Deshayes 14 Articles
Journaliste du Suricate Magazine