Le Ciel Flamand, l’éclaircie après l’orage

le-ciel-flamand-poster

Le Ciel Flamand

de Peter Monsaert

Drame

Avec Sara Vertongen, Esra Vandenbussche, Wim Willaert

Sorti le 16 novembre 2016

Sylvie (Sara Vertongen) et sa mère Monique (Ingrid De Vos) tiennent un bordel à la frontière entre la Flandre et la France. Dans cet endroit assez calme, seule une personne n’a pas le droit d’entrer : Eline (Esra Vandenbussche), la fille de Sylvie. Avant de rejoindre son oncle Dirk (Wim Willaert) qui s’occupe d’elle jusqu’au soir, elle attend sur le parking que sa mère ait fini de réconforter les personnes en manque de câlins. Fascinée par ce lieu, elle décide finalement de s’y faufiler le jour de ses 6 ans. Malheureusement, un inconnu a choisi de s’y rendre également…

Dans ce deuxième film de Peter Monsaert, la simplicité et la pureté de la mise en scène soulignent de manière presque dérangeante la pesanteur et la gravité des événements. Ce qui intéresse le réalisateur est bien loin d’un sensationnalisme tragique ; au contraire, sa caméra s’attache à nous montrer avec un réalisme déroutant la manière dont les protagonistes tentent de gérer une situation dramatique. La justesse du jeu des acteurs donne l’impression au spectateur de s’être immiscé dans la vie de cette petite famille confrontée à l’inconcevable, ce qui ne fait qu’augmenter son sentiment de profonde indignation tout au long de l’histoire. Même s’il y a quelques moments de malaise, notamment lorsque l’on voit jusqu’où la mère d’Eline est prête à aller pour tenter de rétablir une certaine justice, le film offre également des scènes d’infinie tendresse, tout en retenue et en sensibilité. Sara Vertongen et Esra Vandenbussche, qui sont aussi mère et fille dans la vraie vie, livrent des performances extrêmement touchantes, tout comme Wim Willaert que l’on reconnaît à peine dans le rôle de l’oncle Dirk, très réservé et émouvant.

Le Ciel Flamand est un film très dur à regarder, mais malgré un sujet aussi sombre, Peter Monsaert parvient à toucher le spectateur grâce à des personnages sincères et bouleversants, sur lesquels il pose un regard bienveillant, sans tomber à un seul moment dans le misérabilisme.

Julie Vermandele
A propos Julie Vermandele 24 Articles
Journaliste du Suricate Magazine

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.