Ce que font les gens normaux, en mode « loi de la jungle »

Scénario et dessin : Lin Hartley
Editions : Dargaud
Sortie :  18 janvier 2019
Genre : roman graphique

Hartley Lin, auteur Canadien récompensé pour la série « Pope Hats », dans laquelle apparaissait déjà son héroïne Frances Scarland, nous livre un magnifique album paru en français chez Dargaud, « Ce que font les gens normaux ». Dans celui-ci, il nous offre en 143 pages un regard subtil sur les angoisses du passage à  « l’âge adulte ».

Ce roman graphique, c’est l’histoire de Frances Scarland, une jeune assistante juridique qui fait ses débuts dans le monde du travail. Comme beaucoup, elle cherche à s’intégrer et à suivre le rythme infernal imposé notamment par le mystérieux Castonguay. Au fur et à mesure que les trop longues journées s’enchaînent, l’angoisse et les interrogations de Frances par rapport au sens de la vie et à la place qu’elle doit prendre dans ce grand manège se font plus fréquentes.

Loin de l’ambiance déjantée mais néanmoins festive d’une série comme « Ally McBeal » ou des joutes viriles d’une série comme « Suits », « Ce que font les gens normaux » nous plonge dans un monde  froid, dénué de sentiment. Quoique l’action se déroule dans un cabinet juridique, beaucoup de lecteurs pourront s’identifier au personnage de Frances, qui essaie de trouver un équilibre travail/vie privée satisfaisant. L’auteur s’attache principalement aux interactions de celle-ci avec ses collègues et on voit au fur et à mesure de l’évolution du récit les sacrifices endurés pour rester dans la course.

D’un point de vue graphique, on retrouve un trait précis et épuré. Il est intéressant de noter que le personnage de Castonguay ainsi que celui d’un autre responsable de la société sont représentés sans pupille ni iris, ce qui leur donne un air effrayant. Les yeux étant le miroir de l’âme dit-on, le lecteur jugera si les deux protagonistes ont vendu la leur au dieu du capitalisme.

« Ce que font les gens normaux », c’est nous tous, qui tentons de nous adapter à la vitesse et à la logique du monde néolibéral, c’est l’histoire de nos petites victoires mais aussi de nos promesses non tenues, de nos regrets… C’est une œuvre qui fait réfléchir, dans laquelle beaucoup se retrouveront et dont je conseille grandement la lecture.

Vincent Penninckx
A propos Vincent Penninckx 45 Articles
Journaliste du Suricate Magazine