Carnet d’un imposteur d’Hugo Horiot

auteur : Hugo Horiot
édition : L’Iconoclaste
sortie : septembre 2016
genre : autobiographie

Hugo Horiot est acteur et comédien. Mais il est aussi atteint du syndrome d’Asperger, un trouble autistique qui se caractérise par des difficultés dans les interactions sociales, des centres d’intérêts différents et des comportements répétitifs. Peu de temps après sa naissance, les médecins lui prédisent une voie toute tracée en hôpital spécialisé. Sa mère, l’écrivaine Françoise Lefèvre, décide alors de s’occuper elle-même de son fils et de tenter de l’intégrer dans la société. Elle en a même écrit un livre qui aborde la relation qu’elle entretenait avec son fils : Le Petit Prince Cannibale. Des années plus tard, c’est au tour d’Hugo Horiot de relater son expérience et de mettre des mots sur ce qu’il ressentait avant d’apprendre à vivre avec sa maladie.

Hugo Horiot a déjà livré une partie de son expérience dans le livre L’empereur c’est moi, parus en 2013. Cette fois-ci, l’auteur centre son récit de vie sur certaines époques et ce qu’il a fait pour pouvoir vivre avec son autisme et développer une vie sociale. Mais surtout, on découvre ses expériences privées et amoureuses, l’importance des femmes dans sa vie  (il passe « le plus possible de son temps dans le ventre des femmes », écrit-il dans cet ouvrage).

L’écriture brute et directe de l’auteur montre l’urgence avec laquelle Hugo Horiot a besoin d’écrire pour s’accepter. Pour ne plus cacher sa différence aux autres et l’assumer pour mieux la vivre. Il termine aussi son livre par un florilège de suspicions et accusations de divers journalistes concernant la véracité de son autisme. Peu de gens croyait en lui avant de découvrir les images de Sacha Wolff, un de ses premiers amis qui pendant leurs adolescences et ensuite pendant des années a filmé Hugo Horiot dans différentes situations et différents témoignages où l’on perçoit clairement l’évolution du jeune Horiot.

Carnets d’un imposteur est donc la suite d’un duo de livres importants pour comprendre cette maladie, ne plus en avoir peur, d’apporter un espoir aux familles concernées et pour découvrir le témoignage juste d’un homme qui tente simplement d’être heureux.

Loïc Smars
A propos Loïc Smars 304 Articles
Fondateur et rédacteur en chef du Suricate Magazine