Barefoot d’Andrew Fleming

barefoot dvd

Barefoot

d’Andrew Fleming

Comédie, Romance

Avec Evan Rachel Wood, Scott Speedman, J.K. Simmons, Treat Williams, Kate Burton

Sorti en DVD le 15 juillet 2014

Critique :

Jay (Scott Speedman, Queen of the Night 2014, Barney’s version 2010) est le fils rebelle d’une famille richissime du Sud des Etats-Unis. Il vit à Los Angeles où il cumule les combines, fréquente les strip-clubs et s’attire des ennuis. Placé sous probation, il travaille comme concierge dans un hôpital psychiatrique. Daisy (Evan Rachel Wood, Charlie Countryman 2013, The ides of March, 2011) y est internée comme patiente. Dérangée et imprévisible, elle émeut Jay qui décide de l’emmener au mariage de son frère en la faisant passer pour sa petite amie.

Entre saynètes qui font sourire et rejets classiques du road movie à l’américaine, l’aventure dans laquelle se lancent les deux personnages n’apporte que peu de surprises. On s’ennuie parfois et le rythme traîne, mais le film d’Andrew Fleming (Hamlet 2 2008, Head Cases 2005) présente l’avantage d’un divertissement du dimanche soir. Cette comédie romantique emploie les codes avec sagesse, sans détour et sans trop de prises de risque : l’intrigue peut paraître simpliste, les enchaînements quelque peu téléphonés. Toutefois, à mesure que quelques palpitations s’engagent, on s’attache progressivement à ces deux âmes perdues et on espère, sans trop de suspense, que l’amour triomphe.

On notera également une certaine esthétique – notamment grâce à la beauté des vastes paysages qui transparaissent – un décor propret et peu nuancé au sein duquel tout semble facilité pour Jay et Daisy. Le spectateur, en visionnant le film, est assuré d’y trouver ce qu’il cherche, à condition d’apprécier les histoires romantiques et sages, les raccourcis un peu simplistes et une réalisation quelque peu cloisonnée. Le schéma classique du couple improbable et de la confrontation des univers sociaux y est bien exploité mais on souhaiterait que davantage de folie s’infiltre dans le scénario.

Barefoot n’est pas un incontournable mais bien un film de fille qui rêve du prince charmant, d’une histoire d’amour épique et impossible, en émiettant des chips sur un canapé.

Justine Guillard
A propos Justine Guillard 91 Articles
Journaliste du Suricate Magazine

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.