Baba Segi, ses épouses, leurs secrets de Lola Shoneyin

baba-segi

auteur : Lola Shoneyin
édition : Actes Sud
série : Lettres africaines
sortie : octobre 2016
genre : roman

Ishola Alao, dit Baba Segi, a épousé une jeune et jolie jeune femme, Bolanle. Cette dernière a quitté ses parents pour aller vivre avec son époux, mais également avec Iya Segi, Iya Tope et Iya Femi, les trois premières femmes de son mari ainsi que tous leurs enfants. C’est à présent au tour de Bolanle d’offrir à Baba Segi leur propre progéniture. La tâche s’avèrera plus difficile pour la pauvre Bolanle qu’elle ne l’aurait cru. Sans compter sur la rivalité existante entre les femmes dans ce foyer polygame.  Tous les coups sont permis…

Voici un petit bijou! Ces 291 pages qui abordent un sujet aussi polémique que la polygamie au Nigéria vont vous ravir pour plusieurs raisons.

Tout d’abord pour le style de Lola Shoneyin: réaliste et cru. Rien ne nous est épargné. Depuis la crasse sous les ongles de pieds d’une mère grattée par son enfant, aux blessures dégoulinantes de pus en passant par les problèmes intestinaux récurrents et odorants. On est loin du glamour mais c’est ça la vraie vie. L’auteure décrit les choses telles qu’elles sont, sans fioritures et en allant droit au but. Ce qui ne fait que confirmer à quel point la littérature est proche de nous et définitivement abordable par tous.

La romancière présente ensuite la grande comédie qu’est la vie, un vrai vaudeville avec des portes qui claquent, des maris jaloux, des femmes amoureuses, des engueulades, des coucheries et des rires. Ne vous méprenez pas, on ne s’esclaffe pas à gorge déployée. Le ton est souvent léger mais la lecture est loin d’être sans profondeur. Etant donné que chaque chapitre est évoqué du point de vue d’un personnage – une des quatre femmes le plus souvent – la psychologie de chacune est abordée avec délicatesse et l’on parvient à se glisser dans leur peau, à percer leur mécanisme de pensée et ainsi à comprendre et accepter les raisons de leur comportement, bon ou nettement moins bon.

Et puis l’aspect assez intriguant de ce livre est évidemment la polygamie. Une bonne blague pour les amis lourdauds qui imaginent aisément une femme aux fourneaux, une autre qui fait reluire les meubles et une dernière qui astique tout autre chose. Une honte pour pas mal d’autres. Dans la culture africaine, cette pratique ancestrale est pourtant répandue, faisant fi, dans la plupart des cas, de toute considération envers les femmes. Le traitement de ces dernières, vues par certains comme des objets que le père échange comme du bétail à un mari auquel elles devront se soumettre et subir les accouplements forcés dans le seul but de procréer, représente un acte totalement abject et moyenâgeux pour les Occidentaux. Cependant pour notre plaisir de lecteur, Lola Shoneyin décrit sans misérabilisme les relations atypiques de cette famille dans laquelle le dindon de la farce n’est pas toujours celui qu’on croit.

Voilà pour la grande histoire qui va sans nul doute instruire le lecteur. Mais il y a également la petite histoire, celle qui se déroule au sein du foyer. Quatre femmes sous le même toit. En résumé, un cauchemar. Vacheries, mesquineries, jalousie et rivalités. Le tout englué dans des secrets qui n’attendent que le bon moment pour être déterrés et faire le plus de victimes possibles. Un cocktail explosif qui peut faire des dégâts irrémédiables. Encore une raison de découvrir ce roman.

Au final, Baba Segi, ses épouses, leurs secrets est un livre sage et drôle à mettre entre toutes les mains. Il souligne également l’importance de l’éducation, la magie du verbe étant assimilée à de la sorcellerie par les petites gens du village de Baba Segi. Une fois encore, il y a matière à sourire. Que demander de plus? Un livre sur la polyandrie un jour peut-être?

Emmanuelle Lorriaux
A propos Emmanuelle Lorriaux 54 Articles
Journaliste