Alice Cooper : Paranormal

 

 

On l’attendait avec impatience, Alice Cooper fait son grand retour chez les disquaires (ou le peu qu’il en reste) avec un 27 ème album intitulé Paranormal. Un disque qui comme vous allez le constater, se distingue nettement de sa discographie des deux dernières décennies.

Après près de 45 ans de carrière, le chanteur de Detroit n’a plus rien à prouver et on peut dire sans complexe qu’à 69 ans, Vincent Furnier s’est fait plaisir en faisant un album rock n’ roll avec des amis de longues dates.

Parmi les musiciens présents sur ce disque, on retrouve ainsi Neal Smith, Denis Dunaway et Michael Bruce, tous trois issus du line-up originel du Alice Cooper Band. Mais aussi quelques géants du rock comme Roger Glover de Deep Purple, Billy F Gibbons de ZZ Top et Larry Mullen Jr du groupe U2. C’est d’ailleurs lui qui assure les batteries sur la plupart des titres de Paranormal.

 

 

Après avoir bouclé la boucle de sa carrière de shockrock avec Welcome 2 My Nightmare en 2011, Alice Cooper revient avec quelque chose de beaucoup plus posé et authentique. Certes, il explore encore les thèmes de la paranoïa et de l’étrange dans certains titres. Mais en dehors de cela, Cooper a rangé au placard les toiles d’araignées et autres Frankenstein pour nous faire passer un bon moment en revenant à son premier amour : le rock n’ roll.

Certes, il n’est pas de Memphis, mais qu’importe, ce rock-là coule aussi dans ses veines et on sent qu’ici, Cooper a tombé le masque et est redevenu le chanteur des Spiders, avec ce timbre clair (en opposition avec l’agressivité et le côté nasillard de son timbre d’antan) et cette envie de nous transmettre quelque chose de différent.

 

 

Comme sur le précédent album, il a bien sûr fait appel à Tommy Henriksen à la guitare et au producteur et ami de longue date Bob Ezrin, lequel assurera d’ailleurs quelques parties aux claviers, orgue et autre voix sur le disque.

Les diverses collaborations fonctionnent parfaitement et l’ensemble dégage une cohésion évidente. Il faut dire qu’au fil des ans, le vénéré Cooper ne s’est pratiquement jamais trompé dans ses choix. On se souvient de ses collaborations avec Joe Satriani, Steve Vai, Slash ou encore le regretté Chris Cornell duquel il garde un très beau souvenir. Alice a toujours eu ce don pour mettre en avant les talents des artistes du moment et leur permettre de donner le meilleur d’eux-mêmes.

Ici, le titre le plus frappant en matière de collaboration est bien entendu Fallen In Love Billy F Gibbons dégage un boogie typique de son jeu et on a immédiatement l’impression d’entendre les ZZ Top aux côtés de Cooper.

Bref, pour un 27ème album, il n’y a rien à jeter dans ce Paranormal, ce qui est rare pour un artiste ayant une si longue carrière. Au fond, c’est un disque qui résume assez bien l’état d’esprit d’Alice Cooper aujourd’hui. Lui qui a vu partir bon nombre de ses amis parmi lesquels Lemmy, Bowie, Cornell et beaucoup d’autres, se dit qu’il est temps tout simplement de prendre un peu de bon temps et d’apprécier les vraies valeurs de la vie. Certes, il continue sans relâche à tourner à travers le monde avec son superbe show. Mais au fond de lui-même, il est resté ce gars de Detroit qui écoutait Elvis et qui aime toujours le rock n’ roll.

 

Note : 8/10

Commentaires

commentaires

Christophe Pauly
A propos Christophe Pauly 476 Articles

Responsable Musique du Suricate Magazine