À fond, sortie de route en famille

À fond

de Nicolas Benamou

Comédie, Action

Avec José Garcia, André Dussollier, Caroline Vigneaux

Sorti le 21 décembre 2016

Un chirurgien décide de partir en vacances au volant de son véhicule neuf, avec sa femme, ses deux enfants et son père. Manque de chance, le régulateur de vitesse va rapidement rester bloqué à 130 km/h, empêchant toute rétrogradation et lançant la voiture à grande vitesse, sur une autoroute empruntée par de nombreux autres automobilistes.

Avec son véhicule lancé à grande vitesse sur la route, le synopsis d’À fond n’est pas sans rappeler celui de Speed. Toutefois, en choisissant d’adopter une approche humoristique dès le départ, le film  réussit le juste dosage entre action et comédie et parvient à se défaire de cette référence et à trouver son identité propre. C’est pourtant précisément à ce niveau qu’il risque de diviser.

Avec ses personnages parfois trop caricaturaux et son humour pas toujours très fin, le long-métrage pourra, au choix, pleinement divertir ou agacer. Si les acteurs sont assez crédibles, il suffit de ne pas être touché par leurs rôles pour que cette virée prenne des airs de prise d’otage du spectateur, sensation de claustrophobie inhérente au sujet traité oblige. D’autant que la famille, en pleine crise, va passer par de nombreuses phases, dont certaines assez clichées, et que le scénario s’encombre de personnages et de sous-intrigues pas forcément utiles. Ils ajoutent cependant au chaos ambiant et participent au rythme frénétique mis en place. Le tout est rehaussé par la mise en scène inspirée de Nicolas Benamou.

Après un passage par le found footage pour les besoins des deux Babysitting, le réalisateur revient à une forme de mise en scène plus classique pour son nouveau projet. Les producteurs ayant réussi à faire libérer un tronçon d’autoroute pour les besoins du tournage, cela lui a permis de filmer les cascades en direct, et non sur fond vert.

Il faut reconnaître que l’effort n’a pas été vain, tant il permet à À fond de présenter plusieurs scènes impressionnantes et de maintenir la tension d’un bout à l’autre du récit. Loin de n’être qu’un simple argument marketing, le procédé permet principalement d’apporter une patine « à l’ancienne » au film. La réalisation renforce l’impression d’être enfermé au sein de l’habitacle de la voiture hors de contrôle et transforme la vision du film en expérience immersive.

Guillaume Limatola
A propos Guillaume Limatola 123 Articles
Journaliste - Responsable BD du Suricate Magazine